Même si le hip hop est né et demeurera propre à l'est américain, une terre où l'on aime à remanier les codes du rap est bien l'ouest américain comme on pu démontrer historiquement Dre et son G-funk, les Hiero, l'écurie Stones Throw voire même Odd future. Le coin est fertile, on cueille aujourd'hui une (plus tout à fait) jeune pousse : Antwon.

Donc si vous êtes dans l'attente d'une nouvelle substance musicale pour vos oreilles de vieux b-boy, Antwon est pour vous. Ce emcee de San Jose aime balancer un rap qui interpelle, hors des sentiers battus. De la même façon que Dalëk il y quelques années, ou plus récemment Death Grip ou le collectif de La Machina Muerte, Antwon fait parti de ces éléments qui sautent par dessus les barrières et qui ne sont pas prêts de revenir dans le troupeau. Si certains signent des contrats de 3 millions dès la première mixtape, cinq ne suffiront pas à Antwon pour obtenir une simple date en France. Donc si ici Antwon n'excite pas encore les foules, il agite sévèrement les blogs hip hop chez nos voisins d'outre atlantique.

 

Alors Antwon est-il la prochaine grosse "chose" du rap ? On peut se poser la question :

 

Oui, le rap a besoin de ces gens là. Ceux qui prennent des risques, ceux qui déplaisent aux old timers prônant comme de vieux grabataires que le rap était mieux avant. Peut-être qu'Antwon ne marquera pas l'histoire du hip-hop mais il contribuera, avec tout ces gars désordonnés, à élargir ses frontières.

 

Et puis non, car l'univers d'Antwon n'est pas très éloigné d'un schéma "classique" du hip hop finalement. C'est simplement un hybride : une sorte de noisy hip hop, imprégné de vieux samples funk des plus belles années bien pétées des eighties. Avec parfois des hi-hat empruntés à la trap-music voir même quelques drumkits new wave. Vous êtes perdu? Parfait ! C'est le but que s'est donné le concerné.

 


La grosse voix d'Antwon oscille entre Notorious Big ou Killer Mike. Et ses textes souvent axés sex-rap sur des productions sales et subversives distillent un univers destructuré, voir anarchique. Avec l'aide d'une belle poignée de beatmakers plus perchés les uns que les autres, chacun de ses projets sont de bonnes doses de produit décapant à ingurgiter dans un quotidien hip-hopien souvent trop lisse et produit à la chaine sur le même schéma.

 

On notera sur son dernier opus la présence du nouvel artiste immergeant de la scène hip hop : Cities Aviv - Emcee et Beatmaker de Memphis. 

 

Oui, Antwon fait bien parti des rappeurs à suivre et ses nombreuses mixtapes approuvent largement l'intérêt que l'on doit porter à ce beau phénomène! Ce n'est pas par hasard qu'il se retrouve parmi les meilleurs nouveaux artistes de 2013 sur Spin.com. Même si les prods y sont largement pour quelque chose, une certitude, ce monsieur sait bien s'entourer et tenir fermement la barre sur ses choix artistiques… On passe rapidement de morceaux ensoleillés qui sentent le monoï, à une ambiance apocalyptique où tu peux sentir une tempête arriver tout droit dans ta belle frimousse. Puis hop, l'éclaircie revient comme par magie!

 

Antwon - et ses beatmakers - explorent, dépoussièrent, déstructurent et surtout : ils surprennent.



 
 
Par Benoit Filliat
Share This