Electro, house, afrobeat, soul, funk, en solo ou en groupe, Jimi Tenor se faufile entre les styles, passant des instruments à la console, cachant souvent l’étincelle créatrice de sa musique dans des couches de production. Cette fois, plus question de doubler, tripler ou quadrupler les voix, ni d’empiler les nappes de clavier : le Jimi seul au milieu de l’orchestre national Finlandais.

Pas intimidé pour autant, façon film d’espionnage des années 50-60, il organise les seize pièces en une noire et vigoureuse partition orchestrée. Il leur faut trouver le microfilm contenant les plans des nouveaux missiles avant que ne résonne l’ultime note du disque. Faire monter tout le monde dans la Chevrolet cuivrée et poursuivre l’agent double en fuite le long de la corniche. Déguiser l’orchestre en big band jazzy et s’incruster en toute détente à la réception de ce richissime fabricant d’armes, puis s’enfuir dans le parc de la propriété au son des percus, le clavier de Jimi couvrant la fuite en tirant des rayons laser futuristes. Mais du futur an 2000.

Sur un rythme percutant et sans entracte, Mysterium Magnum ou les aventures smoking / pistolet silencieux du Finlandais, déroule sa bobine, alternant titres haletants et morceaux planteurs d’ambiances suspicieuses dans un fracas de cymbales, de thèmes de piano intrigants et de cuivres voués à la cinématique.

Là Jimi ! Derrière toi ! Le chef des méchants avec son costard en tergal et sa boule à zéro !

JIMI TENOR AND UMO : MYSTERIUM MAGNUM (Herakles Records -2015)

 

 

Share This