Ho la belle paire ! Quand on sait que ces deux là ont été choisis par Agoria pour jouer sur son char durant la techno parade (adoubement), on se dit que le Lyonnais a toujours un flair intact. Bombe à retardement en puissance, Villanova a failli bosser avec Pharell Williams au bout de trois titres et tournent à qui mieux-mieux dans tous les hotspots après seulement un EP (« Mothafunk » chez Denote) et une poignée de maxis.

Supportés par des producteurs comme Steve Bug, Jori Hulkonnen, Ryan Crosson, Ivan Smagghe ou Jamie Jones, coup de cœur chez Trax en 2012, 90bpm parie aussi sur Villanova peu de temps après sa sortie de l’œuf. Entretien et mix exclusif du duo.

Vous êtes de Paris tous les deux ? Ça a été une bonne chose Paris pour démarrer dans l’électronique ou finalement on a le sentiment d’être noyé dans le lot au début ?

Adrien : Non, nous sommes des sudistes mais on a eu aucun mal à démarrer à Paris. L’idée c’était justement de sortir de ce lot comme tu dis. Sous nos airs de jeunes cons Marco et moi avons toujours été très détermines. Les parisiens avec qui on a commence aussi on tous été dans l’ensemble remplis de bonnes intentions. Je pense à Yasmine Chadili qui nous a aide plus qu’elle ne croit, Filipe Alves également et surtout David Hachour, le désormais célèbre boss de Denote Records

Marc Antoine (M): Dans le sud c’est plus difficile de trouver des gens intéressés et intéressants mais du coup ça te crée de vrais psychopathes passionnés de musique et investis a fond dans leur domaine. En ce qui concerne Paris, j ai la réelle impression que les choses peuvent aller plus vite si tu y mets du tien et que tu es a fond.

D’ailleurs Paris a fait l’objet d’un docu RA sur sa scène. C’est le bon moment pour faire de l’électronique 2013 à Paris, non ?

A: Honnêtement, je ne sais pas. Les choses ont fait que nous nous sommes retrouvés a Paris au même moment et que nous avons décidé de monter Villanova ensemble. On avait du temps, du matériel mais surtout une envie commune et sans limites de faire de la musique. Le très beau docu RA est là pour informer et exciter les clubbers mais en aucun cas il ne doit faire naitre des envies de produire de la musique  »parce que c’est le bon endroit, le bon moment »…Ce ne serait pas partir sur de bonnes bases…Enfin c’est mon avis personnel

M: J’en sais strictement rien. J’ai du mal à me pencher sur ce genre de questions; de toutes manières je sais que j’aurais toujours faux en ce qui concerne l’analyse de la conjoncture musicale du moment.

Vous n’avez pas encore sorti votre premier LP mais vous souvenez-vous du premier album que vous avez acheté ?

A:  »Urban Hymns » de The Verve

M: « Headhunters » d’Herbie Hancock

 

 

D’ailleurs sortir un LP, c’est quelque chose qui vous intéresse ou le format maxi / EP reste parfait ?

M: La démarche n est pas la même. Les maxis/EP sont une forme de légitimité que se donne un DJ pour pouvoir jouer sans trop être oublié, tandis qu’un album est une tout autre entreprise, lourde et exigeante.

A: On a commencé à parler d’un album il y a moins d’un mois. Je pense que c’est un format qui a encore du sens. Qui plus est quand tu n’as pas sorti une tonne de morceaux avant. Cela fait exactement 1 an que notre premier maxi est sorti. Depuis, on a fait une collab avec Sleaz (Denote rec), un remix pour Scratch Massive (Pshent) et un autre remix pour Tim Paris (My Favorite Robot) ce lundi 6 mai. Notre prochain maxi est fini mais ne sortira qu’au début du mois de Septembre. Ensuite, sortir un album pour 2014 sera quelque chose à envisager sérieusement.

Tu te souviens de ton premier coup de cœur en techno ?

A: Luke Slater All Exhale…J’ai même une video maison dans laquelle je skate a 15 ans avec ce morceau…C’est bien après, quand je suis devenu dj que j’ai découvert qu’il était sorti sur Novamute.

M: C’est assez bizarre, je n y connaissais rien a 17 ans,alors qu un pote m a mis et l’album de Gui Boratto Chromophobia et celui de Metro Area (notre disque de chevet à Adrien et moi). Ça m’a vraiment fait quelque chose sur le moment…

Vous êtes de quelle tradition dans la techno Française Laurent Garnier, Agoria, The Hacker ou Rebotini ? Scratch Massive que vous avez remixé ?

M: Je n ai pas eu d’éducation techno malheureusement… Je suis un parvenu.

A: Chacun d’entre eux m’ont marqué avec un ou plusieurs morceaux. Je n’y crois toujours pas d’être en contact avec eux aujourd’hui et de pouvoir parler d’autre chose que de musique. Pour moi, graviter autour d’eux aujourd’hui c’est la preuve qu’on est en train de faire quelque chose de bien avec Marco

Vous êtes des proches d’Agoria d’ailleurs, non ? Il vous a fait jouer à la techno parade. Quelque chose de prévu avec lui ?

M: de belles choses oui…

A: Ah…Agoria…C’est du sérieux ! Il nous suit depuis un an, nous parraine en quelques sortes. Il nous a surtout présenté Jose Lagarellos de Mercredi Production qui est devenu notre agent. Agoria c’est un de ces rares dj/producteurs qui va faire encore plus qu’il n’a déjà fait…Faut relire la phrase plus lentement pour bien mesurer ce que je veux dire ! Plus concrètement on a remixé son titre For One Hour qui ressort chez Rebirth dans quelques semaines aux cotés d’autres beaux remixers : Paradis, Oxia, Jack Dixon, Ben Pearce et Michael Mayer.

Ou alors… Daft Punk ? De temps en temps, j’ai le sentiment d’entendre du Homework chez vous. Je dis pas ça souvent…

A: Tu te calmes !

M: Putain… c’est la première fois que j’entends ca !

 

 

J’ai du l’halluciner. D’ailleurs un nouveau Daft Punk est sur les rails. C’est toujours une bonne nouvelle ou on finit par s’en foutre un peu de Daft Punk ?

M: J ai apprécié les Daft comme le commun des mortels, c’est à dire en fond sonore d une soirée où les gens ne sont pas dans notre délire et avec qui tu ne peux pas mettre n importe quelle track complètement habitée.

A: Non, c’est toujours une bonne nouvelle. Ce qui me dérange un peu plus c’est tout ce qu’il y a autour. L’extrait de Get Lucky avec Pharrell Williams est pas incroyable mais c’est un tube indéniable, ce qui est incroyable c’est que le mec soit allé voir Daft Punk en leur disant « Peu importe ce que vous faites, appelez-moi ! Je jouerai même du tambourin« …Parce que quand ildit ça, au fond de lui, il pense comme un fan absolu prêt a tout pourtravailler avec des mecs qu’il admire ou bien pense t-il comme un roidu marketing drivé par Sony Music qui a besoin d’un bon buzz hype vuque son dernier taff grassement payé c’est l’album de Miley Cyrus ? Etla on rentre dans le vrai coté puant de la musique…On a une anecdote lui et nous… Ça se passe au printemps 2011, avec Marco on envoie notre tout premier son a Pharrell Williams…Il réponds que c’est mortel et nous propose de venir le rencontrer à Miami…deal…On s’est tapé 9h d’avion pour un rendez-vous sans même cligner d’un oeil. La pour le coup c’est nous qui étions prêt a jouer du tambourin, mais parce qu’on était en face d’une montagne de talent qui avait produit des bombes pour Kelis, Jay Z et Justin Timberlake sans jamais faire une faute de gout. À cette époque, il avait déjà collabore avec Gui Manuel des Daft sur un titre. Bref on se retrouve ensemble en studio, on a amène deux autres morceaux qu’il ne connait pas encore, on écoute ça ensemble. Pharrell bouge la tête et tape du pied en nous regardant .On passe ensuite dans le bureau, il nous dit  »les mecs votre son est fuckin HOT…Je vais tout tuer faites moi confiance ». Au final, les raisons qui ont fait qu’aucun morceau ne voit le jour n’ont plus rien d’artistiques…Mais c’est sans regret…au bout du compte on a vu Pharrell Williams bouger la tête sur ce qui restera notre premier son fais dans notre chambre a Puteaux…C’est marrant. Alors cet album de Daft Punk je l’écouterai avec plaisir mais en essayant surtout d’oublier toute cette promo autour qu’on se sera tous mangé.

M: Pharrell, on l’a rencontre dans les studios de Gloria Estefan, il bossait sur l’album de la miss d’American Idol avec Adam Lambert … Déjà on s’est dit que quelque chose n’allait pas et puis…Voila le résultat…Et à l’inverse de ce qu’on a pu trouver sur Daft Punk ces dernières semaines ce n’est pas un fake

 

Les Français veulent consommer Français ces temps-ci. Quel serait votre Made In France préféré en ce moment ?

A: Tomas More sans hésiter, checkez le dernier morceau de notre mix.

M: Je viens d écouter un morceau de Cabanne, mortel.

C’est quoi le mieux : Berlin, Paris, Chicago ou Detroit ? Pardonnez la naïveté de ma question mais j’entends en terme de ville et de scène.

A: New York.

M: Detroit semble être vieille et épuisée, Chicago, je crois qu’on peut la comparer a un bled bien délaissée par la culture en France, vu le niveau intellectuel là bas et Berlin…bah Berlin soit le phénomène t’énerve, soit tu admets que tous les meilleurs producteurs que t’écoutent sont la bas.

Comme on n’a pas ou plus envie de faire de comparaisons : à quoi vous ne ressemblez pas ?

A: A de la nu disco

M: A Daft Punk

Qu’est ce qu’il faut attendre en 2013 de votre part ?

M: Tout

A: du live beaucoup de live… Ce mois ci on joue au festival Marvellous Island à Paris le 8 mai et aux Nuits Sonores à Lyon le 10. En dj set on sera le 25 mai au Spartacus avec Kolsh qu’on aime aussi beaucoup… Et puis plein d’autres dates importantes dans les festivals d’été comme Rock Island à Marseille, Calvi on The Rock, Resonance à Avignon, We Love Space à Ibiza…

Share This