Homme orchestre d’un groupe fictif dont il est à la fois le chef et les musiciens, Dandy Teru délocalise son quartet sur la lune. Pas question de rejoindre l’astre dans un fracas de réacteurs, voyage en douceur, on a tout notre temps. D’autant que la mission carbure au jazzy souple et éthéré, idéal pour aller tripper sur les traces de Neil Armstrong en s’amusant au maximum de l’absence de pesanteur.

Même seul dans l’atmosphère, le Dandy n’en profite pas pour faire brailler la sono façon boomin’ system. Les basses sont ouatées, les rythmiques tenues par des beats vaporisés, les spires de claviers là pour installer des ambiances diffuses. La densité prime sur la longueur (2 minutes et quelques pour chaque titre), les climats ont dégagé les mélodies dans cette vraie-fausse bande-originale où le port de casque est obligatoire pour une mise sur orbite auditive vraiment totale.

 

 

MASSIVE SUITS QUARTET : FULL MOON WIZZARD (Ubiquity – 2015)

Share This