Quand Jay rencontre Jay.

Bon on parle de rencontre mais Electronica a toujours considéré Jay Z comme un mentor donc rien d’étonnant à ce que Carter grimpe sur un de ses titres histoire de redensifier la carrière vagabonde et éparpillée de son ancien poulain. Et en vue de parfaire son entreprise, au delà d’inviter un autre Jay, Electronica a choisi un titre de Soulja Boy (mais popularisé par Drake) pour son freestyle et blinde son sous-texte avec du « haters and the bloggers” au sein d’une méditation autour de l’Histoire de l’esclavage. Curieux mais pas idiot.