Où Frost aurait pu carrément titrer son album « Transperceneige« .

Si chez Frost il y a toujours cette menace pointant son pif au loin, on dirait qu’il passe à exécution sur AURORA, son cinquième album. Ce n’est plus du givre ou du nuageux que l’on a ici mais une pluie de d’icebergs. Peut être le fait de Thor Harris (de Swan) sur le morceau ou que l’album ait été partiellement enregistré au Congo. Au final, selon le label, l’album devrait ressembler à une “blinding luminescent alchemy; not with benign heavenly beauty but through decimating magnetic force.” C’est plus qu’appétissant et ça se découvre ici avant sa sortie chez Mute le 26 mai.

RDV LE 13 JUIN A LA MCAHINE DU MOULIN ROUGE :
 http://www.90bpm.net/agenda/la-machine-presente-ben-frost-a-u-r-o-r-a-live/