Le premier album de Poemss va vous troubler

Ou comment Venetian Snares devient intéressant lorsqu’il n’est plus Venetian Snares.

Parce que oui, la moitié de Poemss est Aaron Funk, qui n’est autre que le demon qui, autrefois, hanta vos âmes en tant que Venetian Snares du haut de son breakcore (houhouh) et de l’IDM (on ne sait plus ce que c’est). Bon, avec de la mauvaise foi, on vous dit qu’il n’est intéressant que maintenant mais depuis sa signature chez Planet Mu (il y a trois albums), Aaron Funk connait quelques vues plus engageantes et accortes sur la techno et l’électronique en général (bien que ça reste bidouilleur et souvent très abscons). Et puis un jour Funk rencontre une canadienne, Joanne Pollock, doucement surréaliste et très experimentaliste (on barbarise), tout comme lui, mais avec cette touche de dentelle qui lui faisait défaut.

Ça sort cette semaine et ça serait une terrible honte que ça passe inaperçu :