De la gloire oui, il y en a. De la beauté oui aussi mais alors de l’amour… Non, vraiment, non. Pas une goutte ici. 

Rudoyés. Être rudoyés, plus précisément. Voilà ce qu’il faut aimer pour attendre avec autant d’impatience le successeur de Wicker & Steel . Il a la puissance, l’imprévisible, l’hystérie, le décontenançant d’un fou. Oui, ce deuxième album, c’est un animal fou de trois tonnes lâché sur nous. Avec ceci d’autant plus intriguant, qu’entre le titre du LP et son artwork, The Power & The Glory semble dresser un tableau de cette ivresse (jusqu’à la folie pathologique) des cimes, induite par la gloire et le pouvoir. Ça vous fout évidemment toujours les nerfs et les tripes en pelotes, c’est d’une brutalité renversante par sa beauté et ça s’écoute une semaine avant sa sortie.

 

Share This