Les grandes œuvres fonctionnent souvent par trilogie.

Le jour où Darren Cunningham annonçait le départ en retraite d’Actress a été un mauvais moment à se farcir. Depuis le premier album, Actress fascine, jouant avec le système cognitif de son auditeur, rendant toutes les frontières poreuses, donnant du sexy à la blouse de chimiste, usant même de sous-texte religieux pour établir une œuvre mystique et fascinante. Oui, Actress dessine avec une aisance insolente de nouvelles aubes à la musique électronique. Tout ça s’achève ici avec ce troisième volet passionnant d’un tryptique qui ne le fût pas moins, paraissant aujourd’hui chez Ninja Tune. On vous laisse écouter ça ici, (en) baver une dernière fois avant de  retrouver (on l’espère) Actress sous une autre identité, en un autre endroit, en espérant que le compromis restera chez lui une insoutenable grossièreté.

 

Share This