Common et NO I.D collaborent à un album autour de la violence de Chicago (premier single « War » en écoute)

Quand Chicago raconte Chiraq

Chicago, c’est cette charmante bourgade des Amériques ravagée par la pauvreté et réputée pour ses 600 gangs en activité (se partageant près de 70 000 membres). L’espérance de vie y est basse, on l’imagine, ça se flingue très jeune et au moindre coin de rue et c’est dans ce contexte qu’est née la drill,( hip hop écho à la violence de la ville, souvent relaté dans nos pages) représenté par Chief Keef, Lil Louie ou Young Chop. C’est ce même contexte qui a inspiré quelques titres de Yeezus ou ce Nobody Smiling, album collaboratif entre Common et No I.D. S’il est de notoriété publique que Common est originaire de Chi-Town, beaucoup oublient que No I.D fût surnommé à ses débuts « The Godfather of Chicago hip hop » et qu’il est d’ailleurs un collaborateur de loooooongue date de Common (tout simplement le producteur de ses débuts) et de Kanye West.

Initialement prévu en tant qu’EP, Nobody Smiling s’est mué en un projet long voué à « appeler à réagir quant à la violence qui gangrène Chicago » comme l’explicite Common ici :

 « It’s an album; originally I was making it an EP, but we’ve just been making a lot of songs, myself and No I.D. We came up with this concept—Nobody Smiling was really a thought that came about because of all the violence that was going on in Chicago, or that is going on… It happens in Chicago, but it’s going on around the world in many ways, in inner cities all over America. We were talking about the conditions of what was happening when I said Nobody Smiling, but it’s really a call to action. »

Aucune date de sortie n’est encore prévue, juste ce single qui porte son nom puisque des plus belliqueux.