Vous êtes surpris ? Ouais, fatalement. Vous êtes étonnés ? Pas vraiment. Antisociaux qui perdent facilement leur sang froid, les Death Grips nous ont habitués à ce genre de coup d’éclat, notamment lors de la sortie de l’album précédent (No Love) où suite à une embrouille avec le label ils avaient leaké l’objet. Cette fois-ci, on ne prend pas la peine d’annoncer quoi que ce soit, rien à foutre, on envoie tout en ligne immédiatement, sans se soucier de quoi que ce soit. On ne parlera même pas de nouvelle économie de la musique ou autre, Death Grips… s’en branle… le plus sincèrement du monde. Néanmoins, ce troisième album est loin d’être bâclé pour autant.