4 ans après l´acclamé Drift, Jason Chung A.K.A. Nosaj Thing ressort du bois avec un deuxième album intitulé Home. Décidant de s´asseoir sur sa prime de fidélité avec Alpha Pup Records, il a rejoint l´éclectique label fondé par un ancien employé de Stones ThrowInnovative Leisure.

 


Si Drift avait la fougue et l´insolence d´un premier album, où les productions étaient suffisamment triturées et torturées pour sembler être passées par Guantanamo, cette suite souhaite passer la vitesse supérieur et ouvrir à tous un coeur serré. Le titre éponyme de l´album est un parfait vestibule pour rentrer dans ce Home introspectif. S´ensuit alors Eclipse/Blue où le producteur californien a eu la bonne idée d´inviter Kazu Makino, mariant pour le meilleur et pour le meilleur la voix de Blonde Redhead à une instru maitrisée à la limite de l´implosion. Nosaj Thing se départit quelque peu de l´orientation purement instrumentale tracée par sa première galette pour absorber plus de voix (Safe, Phase III), même si sur Try avec Toro y Moi, le choix semble moins judicieux. Une impression de slow motion, contredit par un beat tachycardique, plane sur tout l´album où de grandes nappes de synthé, toujours aussi présentes, laissent le temps en suspend. Nosaj Thing utilise le silence comme un instrument et laisse le rythme vagabonder à son envie, ralentissant ou accélérant, parcourir la plupart des tracks, parfois un peu trop.




Si l´ensemble est plutôt bon, certains titres pourraient servir de B.O à de longs plans-séquences pour road movie nocturne et on aurait aimé que Nosaj Thing impulse un peu plus de relief à ce deuxième album. Seule écharde dans le pied d’un projet tenant solidement debout.


Par Julien Renou

Share This