Faire un album de  reprises est un exercice périlleux, l´histoire de la musique égrène une liste assez fournie de vulgaires faussaires dont certains mériteraient assurément le mitard pour plagiat et foutage de gueule. Mais certains artistes arrivent à donner parfois une seconde vie à un morceau, en lui conférant une perspective insoupçonnée. Et c´est le cas de Roseaux qui a fait plier la voix d´Aloe Blacc, rappeur notoire de la côte ouest, à ses moindres volontés musicales pour composer un album d´une dizaine de reprises. 


Plus coutumier des punchlines que d´envolées lyriques, le collectif français a pourtant recruté Aloe Blacc pour sa voix et ceci bien avant Good Things, son coming out soul chez Stones Throw. Et non content de le faire chanter pour la première fois, les Alex Finkin, Clément Petit et Emile Omar, qui composent Roseaux, lui ont demandé de reprendre un répertoire assez peu connu, couvrant une bonne tranche de l´histoire musicale.



Walking On The Moon de Police se voit ainsi transfigurer en jazz alors que Girl you rock my soul, pourtant jamaïcain de naissance se voit émigrer vers des contrés plus rock. La voix d´Aloe Blacc, principalement soul, se teinte parfois des nombreux styles passés en revue comme par exemple avec Clarao da lua et son chant franco-brésilien. Même pour ceux qui avaient claqué la porte à la house ou au R´n B, on se surprend à vouloir écouter l´originale (Patti Labelle et son More Than Material) et à préféré la copie parfois (Missing you de Kim English). Car si les arrangements du trio peuvent paraître de temps en temps minimalistes, ils sont en réalité un parfait écrin pour la voix brute et profonde d´Aloe Blacc, qu´ils soient hispanisant sur Try Me, popularisé par Esther Phillips ou rock et voir afro-funk sur We All Must Live Together. Il est rare de tomber sur un bon album de reprises surtout quand celui-ci n´en est pas vraiment un. Car Roseau s´est réellement approprié ces titres pour leur offrir une nouvelle identité, une nouvelle vision.

Comme disait souvent Lord Byron avant d´aller pêcher à la mine antipersonnel > mais surtout un très bon premier album.


Julien Renou

Share This