Après sa première mixtape Nostalgia Ultra on aurait voulu l'appeler Frank Auchan (bravo la blague) : du R&B de grandes surfaces où il faut vraiment se pencher pour trouver la bonne affaire.  Le pataquès autour d'Odd Future désormais dispersé, on peut enfin discerner quels sont les soldats encore debouts : Tyler n'est finalement pas un brillant Creator, The Internet s'avère plus ennuyeux que la télé et c'est ce miauleur de Frank Ocean qui en définitif nous arrache les frissons que D'Angelo a égaré dans ses bourrelets. Channel Orange est le genre d'album expliquant pourquoi Dame Nature inventa la touche repeat.

 


Après des années d'immolation, le R&B renait de ses cendres pour devenir hautement fréquentable. La pluie de sauterelles passée, vient la nouvelle moisson avec The Weeknd, Drake, How To Dress Well ou Frank Ocean, notre sujet du jour à la haute teneur en win. Son album, il le classe deuxième au Billboard (130 000 ventes en sept jours) dès sa sortie. Son coming out, il l'ose dans un milieu où l'aveu de son homosexualité revient à un suicide professionnel (même dans sa famille Odd Future où sévit Tyler, auteur de 213 références homophobes (source NME) via Goblin). Son premier single n'en est pas un en laissant jacter Vangelis et The-Dream de Moog sur un faux-plat de dix minutes. C'est certain, Frank Ocean n'est pas un réformateur du genre mais totalement un de ses bienfaiteurs. Channel Orange ou le Crésus (que dis-je ? Le Pididi, le Jézy) du R&B. Classique instantané produit à la chandelle, mettant son auditeur dans la confidence un verre de Brandy à la main, ce premier album déploie la soul-funk romanesque d'un Marvin Gaye comme un tapis rouge, allonge du Neptunes sur le sofa et passe de vie en vie dans ses textes comme une caméra ferait un travelling en plan serré.

 


Nous pourrions procéder à une visite guidée au track-by-track de l'album mais il nous faudrait l'année. Une année d'ailleurs marquée du seing de Channel Orange dont l'auteur s'affiche d'ores et déjà comme le chef de file du (renouveau) R&B.


P.S : veuillez noter que nous n'avons fait aucune blague sur Channel Orange en tant que chaine tenant des propos radicaux à l'encontre des abonnés SFR. C'est ce qu'on appelle le "respect du lectorat". Vous nous remercierez plus tard.