Des musiques de doc, des musiques de jeux vidéo, des albums sous pseudo, du classique revisité groovy, des skeuds avec uniquement des beats de batterie, des collaborations… la liste des méfaits discographiques de Shawn Lee est longue.
Ultra-productif, Lee ne laisse que peu de temps pour la digestion d’un album. A peine le temps d’assimiler le dernier qu’un nouveau arrive déjà, de préférence différent. Mais, quand, l’animal remet son Ping-Pong Orchestra (en fait lui tout seul) dans la course, c’est souvent pour s’adonner à son hobby favori : la musique de films qui n’existent que dans sa tête.
A la fois hommage, clin d’œil, et exercice de style, Reel To Reel remplit son chargeur dans la mine laissée par les glorieux labels de Library Music type KPM ou De Wolfe pour le vider du côté des grands compositeurs de bandes originales. Morricone ou Rota, pas de l’eau tiède en somme… Courses poursuite punchy, intensité dramatique, films italiens des 60-70‘s, westerns spaghetti, séries B burnées qui sentent la poudre, Lee fait tout ça avec sa collection d’instruments et de matos vintage mais avec surtout un stupéfiant talent de multi-instrumentiste-je-fais-tout-tout-seul-sinon-vous-allez-me-ralentir.
Voyage sur bandes magnétiques dans une salle obscure où les effets spéciaux n’existent pas, chair à sampler en puissance, encore un bon album de Shawn Lee. Un très bon album.

The Real Muzul