Imaginez que durant leur temps libre, un plombier joue avec des tuyaux ou qu'un chirurgien opère au black dans son garage. Vous visualisez ? Eh bien, en tant qu'hobbies, la moitié de Tame Impale fait Pond, du rock & roll. Un premier album livrant presque déjà tout dans son titre : des barbes, des femmes et des jeans. Le rock dans son plus simple appareil.

 

Dans ce retrorama qu'est le XXIe siècle où le présent s'empiffre à un buffet à volonté des quatre derniers siècles, Tame Impala (Pond y comprit) ne dîne pas à tous les râteliers. Depuis leur premier album, InnerSpeaker, paru en 2010, Tame Impala s'est affirmé dans la visite chez l'antiquaire, le chinage précis, la quête de l'authentique produit d'un âge d'or.



 

Vous me demanderez volontiers pourquoi introduire sur Tame Impala dans une chronique concernant Pond ? Simplement parce qu'un demi Tame Impala égal un Pond. Une conversion simple qui ne tend pas à démontrer que Pond est moitié moins excitant ou qu'il est l'ombre de Tame Impala. Pond est son vrai jumeau resté caché jusqu'à présent. D'ailleurs, les codes génétiques des deux sont tellement similaires que Pond transpire à grosses gouttes le side project de musiciens frustrés (Nick Allbrook et Jay Watson) par les égos trop imposants des frontman et guitariste au sein du groupe mère.

 

Une histoire classique devenue un stéréotype du genre. Logiquement chez Pond on retrouve tous les traits du grand frère, vétéran spirituel de la guerre chaude du psyché, avec toujours ce fuzz, ces yeux rivés sur les pédales et ce rock n'roll aride comme le bush de leur Australie natale. Là où Pond se distinguerait, c'est dans cette tentative de mimer la sensation de roue-libre jusqu'à la perfection. Des structures en "jardin à l'anglaise" où la confusion et le sens de la complète autonomie de la nature est en fait absolument maîtrisée et factice.

 


Pond ou le marécage en anglais. Un nom résumant tout ce qu'on leur demande : être naturel jusqu'au crassou, immobile, mais à l'épreuve du temps et gorgé de vie. C'est réussi.