Label: Wrasse Records / Chrysalis / Universal Music

Sortie : 26 mai 2010
 

Véritables rayons de soleil en provenance de Dakar, cela faisait 7 ans qu’on attendait (Boomerang date de 2003… jamais autant de temps ne s’était écoulé entre deux albums depuis leurs débuts discographiques, en 1995) que la Daara J Family nous réchauffe l’âme de son message conscient, lucide mais résolument « positif » (pour emprunter le terme à un des titres ravageurs de l’album, ici en franglais et tout en acoustique) et le corps de ses mélodies ardentes, qu’elles soient authentiquement débridées (comme sur l’interrogatif « Oh Why » qui prône le retour au bon sens élémentaire sur un beat bien lourd comme on aime qui semble camoufler l’ambiance de brousse entamant et achevant le titre, ou comme sur les ultra-funky « Celebrate » et « Potu Nda » sur lesquels le déhanchement se fait réflexe ou encore sur l’efficace riddim de « Children ») ou bien simplement chaleureusement envoûtantes : la palme revenant dans ce domaine à l’irrésistible et si juste « Bayi Yoon » porté par des percussions mandingues, suivi de très près ex aequo par les soulistiques « Temps Boy » cuivré et « Tomorrow » transcendant, le pan-unitaire « Sun Afreeca » et le superbement hypnotique « Gates of Freedom » qui donne à leur quatrième album sa note ultime.

 

Parfait équilibre entre la voix rauque de N’Dongo D et les envolées vocales de Faada Freddy, le duo originel (Aladji Man cheminant vers d’autres horizons et DJ Makhtar ayant rejoint 2Pac, ODB et Jay-Dilla, le 3 Décembre 2007…), idéale conjugaison de douceur et de fermeté, imbrication d’un naturel déconcertant entre musiques traditionnelles et influences musicales modernes et diverses (à l’exemple du titre éponyme de l’album dont l’équation complexe se synthétiserait ainsi : guitare électrique rock + flow rageur en wolof + cordes traditionnelles Africaines + samples de bombes… de peinture en arrière-plan), vous pouvez me croire sur parole – puisqu’il s’agit avant tout de cela : de la parole initiatrice et déliée du griot ou du flow technique et enchanteur des MCs, que ce soit en wolof, anglais ou français –, vous pouvez vous inscrire à la School of Life de la Daara J Family, les yeux fermés… tant que le troisième est ouvert !

 

Avec School of Life, les Daara J non seulement passent de représentants internationaux du rap « galsen » , comprenez sénégalais (avec les Positive Black Soul, pour les anciens), aux tenants de l’afro-hop mais aussi entérinent ainsi l’élargissement et de leurs horizons musicaux et de la « famille » qui est pour chacun, et à leur sens, le premier lieu d’apprentissage que la daara (« école » en wolof) perfectionnera pour permettre la réalisation de ses rêves d’émancipation culturelle, sociale et/ou artistiques. A noter enfin : une version différente de l’album est sortie « au pays », dont cinq titres nouveaux (« Sabodala », «Niit», «Marifa», « Waccél Sa Grif », « DJ Makhtar » d’après mes info.) feraient un excellent bonus pour prochaine édition…

 
Par Arnaud Sorel pour 90bpm.com
 
[01] Bayi Yoon (3:59)
[02] Celebrate (3:04)
[03] Tomorrow (3:52)

[04] Children (3:53)
[05] Temps Boy (3:38)
[06] Potu Nda (4:22)
[07] Positif (3:53)
[08] School Of Life (4:30)
[09] Oh Why (3:58)

[10] Sun Afreeca (4:05)
 

MySpace de la Daara J Family