Label: IC Music / Discograph
Sortie : 04.10.2010
 

Three Sides… Une poésie en deux mots : un dépassement de l’esprit binaire de l’être humain et de la trame manichéenne des oppositions (incarné dans le métissage sanguin et culturel de l’américaine), une symbolique de la trinité pour tout croyant, quelque soit sa confession (pour évoquer le grand rôle tenu par une bonne sœur dans son parcours vers la musique), une mise à nue artistique, respirant de sincérité, d’Ilene Barnes. Si vous êtes passés à côtés des quatre albums studio de l’auteur/compositrice/interprète à la voix grave de contralto et de son Live at FIP (©IC Music, 2007), l’album Three Sides est idéal pour la découvrir : trois covers” (ou réappropriations de titres d’autres artistes) pour nous indiquer les influences de son éducation musicale personnelle, trois “relectures (ou réinterprétations – sous la patte du producteur Darell Bell – de son propre répertoire, ici, extrait de Here’s To You ©Discograph, 2009) pour goûter à son univers de composition et six enregistrements “live”, pour se rendre à l’évidence d’une sublimation de son talent sur scène.

 

Pas de nouveautés donc (ni de révolution musicale) mais juste le plaisir d’écoute d’un travail fait avec le cœur… et les tripes si on en croit la puissante énergie dégagée au fil de ses interprétations (écoutez sa version sémillante de « House of the Rising Sun », un traditionnel américain attribué à tort au groupe phare du blues boom anglais des sixties, The Animals… dont Ilene Barnes a assuré la première partie en 2004). De l’émouvante et délicate « Lilie’s Song » à la rage contenue dans « Do you know what I mean » où Nina Simone semble renaître, entre force et douceur, comme pouvait l’être la canadienne Joni Mitchell, dont elle reprend la violente critique du capitalisme et de l’extension urbaine : « Big Yellow Taxi », entre protest songs donc (dont la reprise colorée du classic rock de Bob Dylan : « This Wheel’s on Fire ») et folksong à la manière de Tracy Chapman(« Time », « Please »), entre guitare et piano au feeling jazz-blues et guitare et percussions aux sonorités latinisantes (« They say »), c’est la grandeur d’« soul » d’Ilene Barnes qui s’engage en toute liberté. Vraiment rafraîchissant, à l’image de « Stick & Stones » qui semble fait pour ronronner dans une B.O. de Tarantino et emporte ma préférence !

 

Par Arnaud Sorel pour 90bpm.com

 
Tracklist :
ONE SIDE

[01] House of the Rising Sun (2:43)

[02] Big Yellow Taxi (2:45)

[03] This Wheel’s on Fire (4:06)

ONE OTHER SIDE
[04] C'est la Vie (3:17)

[05] Lilies’ Song (4:54)

[06] Sticks and Stones (4:13)

ONE THIRD SIDE (live)

[07] Do You Know What I Mean (3:42)

[08] Time (4:21)
[09] Deep (3:38)

[10] Please (4:26)

[11] Jennifer (4:33)

[12] They Say (6:28)

 

MySpace d'Ilene Barnes