Pour son premier album, l’américain Mayer Hawthorne, puise dans ses souvenirs d’enfance pour élaborer un opus tout en soul délicate et suave. C’est dans une Amérique des années 60 qu’il nous convie de plonger, où des artistes tels Smokey Robinson, Leroy Hutson… tenaient le haut des charts, rejoint un peu plus tard par des artistes tels que Qunicy Jones ou Isaac Hayes. A Strange Arrangement est une ode à cette période où le sweet n’équivalait pas forcément à sucrerie édulcorée, mais était prétexte à des arrangements sophistiqués, sur lesquels la voix venait supplanter nos sens d’émotions et de vibrations charnelles. Mayer Hawthorne n’invente rien tout en offrant une vision nouvelle d’un genre bien défini par ses codes, y injectant les moyens d’aujourd’hui, mélangeant les époques au point de donner à son album les contours d’une œuvre sans prise avec le temps.