C'est fou comme il y a des albums à coté desquels bon nombre de mes confrères (c'est un bien grand mot, je l'avoue), passent. Il en va ainsi de la petite bombe electro pop élaborée par le jeune allemand Oliver Koletzki, qui n'en est pourtant pas à son premier fait d'arme. Disons le tout de suite Grobstadmärchen est un de ces opus qui discrètement s'attachent à vos oreilles pour ne plus les lacher, avec ses mélodies mêlant allègrement piano stepper, cordes un brin kitsch, rythmiques bondissantes, electro maline, featurings vocaux de premier ordre ( Mieze Katz, Juli Holz, Axel Bosse, Fran, Kate Mosh, Pyur) en parfaite addéquation avec les productions, le tout pour une pop puissament ancrée dans le XXIè siècle qui donne envie de se mettre à l'allemand et de chanter en bougeant des fesses avec coolitude. Oliver Koletzki est bien le compositeur de l'un des opus les plus sexy de l'année et personne pour en référer au plus grand nombre. Alors jetez vous dessus et parlez en autour de vous, vous verrez, vous ferez des heureux et quand aux garçons, ils risquent de se voir aduler par les filles auxquelles ils conseilleraient cet album, qui leur trouveront un sens indéniable du bon goût. Vital.

www.myspace.com/koletzki