Une pochette sobre, un fond noir sur lequel semblent suspendus quelques petites bulles de couleur, est à l'image du premier album de l'allemand Christian Naujoks. Une musique toute en délicatesse qui voit les pianos dessiner des boucles à la Steve Reich prenant des intonnations parfois Pop mais restant définitivement sur les terres de la recherche electro acoustique. Le silence prend l'espace que les notes désertent pour venir se pendre au cou de xylophones émerveillés, de cordes glissantes, de flutes en pointillé. Cet album de musique contemporaine aux influences classiques, qui ne cherche à aucun moment à sombrer du coté de l'abscons, nous invite à ouvrir nos oreilles différemment, à regarder du coté de la composition et de l'écriture et non de la sophistication des productions actuelles. Avec Christian Naujoks, l'artifice n'est pas au rendez-vous, c'est la mise à nu d'un artiste qui joue avec les émotions comme d'autres jouent sur leurs boutons d'ordinateur. On se laisse happer par ses textures organiques, le temps semblant s'arrêter pour nous entrainer vers un ailleurs où les sensations caressent notre peau, nous faisant oublier que les temps sont difficiles, que les amours perdues resteront à jamais graver sur les pores de notre âme. Il y a des stygmates que l'esprit gardera pour toujours, marquées au fer rouge, dans notre cœur comme dans notre frêle existence. La peur de se voir oublier et de disparaître de la mémoire de ceux que l'on aime et avec lesquels on aurait aimer partager plus que quelques moments éparpillés sur la longueur d'une Vie. Magique.

Site : www.myspace.com/cnaujoks