Voilà l'album que l'on attend depuis des siècles. Celui qui concilie amour de la mélodie et de l'expérimentation, de la fragilité et de la beauté évanescente, qui sait puiser avec intelligence dans le passé pour ouvrir les portes du futur. Avec Grizzly Bear ce sont  les codes de la Pop  qui se voient exploser avec une classe folle. Cette classe créative que l'on pensait avoir définitivement vu disparaitre dans les méandres de l'histoire.  Les guitares acoustiques jubilent sur des tapis de rythmes enrobés de velours. Les cassures se font brisures pour se métamorphoser en morsures amoureuses. Avec Veckatimest le rêve de voir Sonic Youth se métamorphoser en orfèvres d'une noise débarrassée de ses oripeaux sonores éculés, pour prendre le chemin de laborantins Beatlesiens dotés de la grâce divine, voit le jour sous le nom de Grizzly Bear. Dire que l'album est génial serait bien en deçà de la réalité, car difficile de parler d'une oeuvre lorsqu'elle prend les contours du génie. Car ce ne sont pas des mots quelqu'ils soient qui pourront restituer, voir flirter avec les contours tout en finesse de la musique élaborée par ces anglais qui offrent rien de moins que l'un des objets musicaux les plus excitants de ces derniers mois, voir de ces dernières années. Grizzly Bear se verront certainement récupérer par la hype mais ils resteront ce qu'ils sont : des archanges descendus de leur Eden perdu pour nous offrir en gage d'espoir un album céleste. Vital.

www.myspace.com/grizzlybear   

Vidéo :