Larry McDonald est un poète rythmique, un griot mystique qui nous conte la « drummical experience » qu’il poursuit depuis quarante années. Drumquestra est le premier témoignage personnel de ce maître ès percussions : rassemblant comme cela n’avait encore jamais été fait plusieurs générations de batteurs jamaïcains, cet opus nous entraîne dans une transe atemporelle, il nous initie à une mystique conscientisée portée par des rythmiques loquaces. 

Puisque je me suis permis de vous aguicher par la formation inédite en présence, je n’abuse pas de votre patience et vous livre ici quelques-uns des noms que vous y retrouverez : les incontournables Sly Dunbar, Bongo Herman, Isaiah « Sticky » Thompson (qui apparaissait entre autres aux côtés de King Tubby, Grace Jones et Gainsbourg sur Aux armes Et Caetera), les trois batteurs de la formation originale The Mystic Revelation of RastafariRoyo Smith au fut basse, Simba Messado au repeater et Delroy “Putus” Williams au fundé –, Alvin Haughton (qui a officié auprès de Burning Spear et Beres Hammond) et les plus jeunes Carl McCleod, et Marjorie Whylie… Reprenons un moment notre respiration et recentrons nous sur la musique, car les listes de noms (aussi prestigieux soient-ils) ne sont pas toujours gages de qualité. En l’espèce, si ! Les rythmes Afro-Caribéens, Cubains, Brésiliens, Nyabinghi ou du Mento (dérivé du calypso de l’île de la Trinité agrémenté d’un rythme swing en plus) s’entremêlent dans une orchestration combinatoire loin des clichés musicaux et des carcans des « styles ».

Pour comprendre ce projet, très riche, voici une des clés : Larry McDonald conçoit les rythmes comme renforts du verbe, d’autant plus quand celui-ci est incisif et incite aux prises de conscience. A cet égard, « Drums say », en véritable condensé de l’esprit du projet, l’explicite en une phrase : « Talking drums, Speak, My heart ! »… Cette approche n’est évidemment pas sans rappeler celles de Gil Scott-Heron (qu’il a cotoyé durant les années 70) ou des Last Poets dont l’héritage plane au dessus de titres comme « No More » (avec Shaza), « Got Jazz ? » (avec Bob Andy, du groupe The Paragons) ou « Jamaïcan Jazz Roll Call » sur lesquels se fait entendre la voix du maître. Pour d’autres, non à tort, la Dub Poetry leur viendra plus en tête. Ras Tesfa et surtout le talentueux Mutabaruka, la représentent effectivement ici avec panache. Et lorsque les mots, si respectés, ne suffisent plus, les scats d’Anjali Paray et Richie Paray se confondent avec les percussions et les chants d’oiseaux enregistrés en arrière-fond sur le titre éponyme de l’album, qui semble prêcher la fusion harmonique des vies organiques.

Dans cette atmosphère spécifique se développant sur des registres aussi divers que le spoken word, la dub poetry, le reggae old-school (Stranger & Squidley Cole sur « Crime or Music ») ou nu-school (« Head Over Heels » en compagnie de Dollarman), le mento (« Menton in 3 »), les percussions kumina (« Backyard Business » enrichi des vocalises de Joe Black), les titres plus orientés vers le dancefloor ou le clubbing apparaissent quelque peu décalés (« Brother Man », « World Party » ou même « Set the Children Free », s’il n’était touché par la grâce de la voix si légendaire de Toots Hibbert) bien qu’ils fassent partie intégrante de la « drummical expérience », autant que mon coup de cœur : le titre « Peace of Mind » et son ambiance méditative, presque lounge, sur lequel Shaza est épaulé par le chanteur J.D. Smoothe. Ce titre a de plus l’infime honneur d’enchaîner sur un instrumental « Tootie » de toute beauté.

Pour conclure, Larry McDonald, à l’image de sa cover, sort de l’ombre, dans une attitude visionnaire, le regard orienté vers un au-delà riche de possibilités, comme nous le prouvent justement la richesse musicale, complexe et envoûtante, de l’album et la mobilisation d’un large et qualitatif entourage, au titre duquel il reste à évoquer le producteur vétéran du reggae, Sidney Mills. Un album incontournable pour tout amateur de percussions et/ou de reggae.

Arnaud Sorel pour 90bpm.com

Tracklisting (en écoute sur : http://www.iwelcom.tv/larrymcdonald.htm)

[01] Headover Heels (ft. Dollarman)
[02] Brother Man (ft. Shaza & Terri Lion)
[03] Crime or Music (ft. Stranger & Squidley Cole)
[04] World Party (ft. Shaza)
[05] Drums Say (ft. Ras Tesfa)
[06] Set The Children Free (ft. Toots Hibbert)
[07] No More (ft. Shaza)
[08] Peace of Mind (ft. Shaza)
[09] Tootie
[10] Mento in 3
[11] Free Man Free (I The Slave) (ft. Mutabaruka)
[12] Drumquestra (Dawn Always Comes) (ft. Anjali & Richie Paray)
[13] Backyard Business (ft. Joe Black, Bongo Shem & The New Creators)
[14] Got Jazz? (ft. Bob Andy)
[15] Jamaican Jazz Roll Call

www.mcprmusic.com/larry-mcdonald.html 
www.myspace.com/larrymcdonald1