Si le label Ninja Tune continue de nous étonner, c'est par sa faculté à nous envoyer à chaque fois, de nouveaux projets pour le moins singuliers. Avec The Long Lost, on ne déroge pas à la règle. Pour ceux qui s'intéressent de près au label, ils ont certainement entendu les frasques romantico electroniques de l'artiste maison Daedelus, petit génie touche à tout ayant sorti quelques albums où le temps et les influences (au sens très large du terme) semblent se télescoper de manière orgasmique. C'est aujourd'hui sous le nom de The Long Lost aux cotés de sa bien aimée chanteuse Laura Darlington qu'il nous propose de voyager sur les terres fleuries d'amours folk aux variantes psychédéliques, où les affres du beau et du triste se donnent la main pour traverser le long fleuve de la passion. Les guitares acoustiques tissent des frises aux envolées brumeuses sous influences bossa, Amiss, on pense à Lali Puna de par la candeur de Ballroom Dance Club et ses rythmiques tressautantes sur accordéons déglingués. Les cordes d'un cabaret oublié émergent sous les dérives de la mélancolie, concentré d'émotions enfouies dans ce que les Hommes ont de plus beau et de de plus fragile saupoudré d'instruments à vent et de xylophones, de sensations fluctuantes et de profondeur mélodramatique amoureuse…

www.myspace.com/findthelonglost