Derrière General Elektriks se tient le français RV Salters, exilé aux Etats-Unis depuis quelques années. Membre de Vercoquin aux cotés de Seb Martel et Thiery Stremler, son projet solo General Elektriks voit le jour avec la dissolution de la formation. En 2005 il sort un premier album Cliquety Kliqk qui trouvera un bon écho critique.

Aujourd’hui il revient avec Good City For Dreamers, gorgé de son parcours aux cotés d’artistes issus de la scène hip-hop californienne, du collectif Quannum tels que Blackalicious, Pigeon John ou Lyrics Born. Son univers plein d’influences diverses, de la pop en passant par le glam, le hip hop, le funk la soul, laisse déployer un fourmillement d’idées qui doivent autant à la mémoire collective, il n’y a qu’à écouter David Lynch Movements pour percevoir l’emprunt de la ligne de basse à Eurythmics, qu’à sa propre vision de la musique, celle qui fait tour à tour danser, rêver, aimer, se prélasser… La palette de couleurs utilisées ne s’embarrasse pas des genres mais cherche plutôt à jouer avec nos sens, à créer des mélodies qui aiment emprunter pour se voir plonger dans un marasme de claviers mouvants, de rythmiques sautillantes, donnant naissance à des ambiances fluctuantes. Il y a du Gainsbourg dans La Nuit des Ephémères, avec ses cordes semblant surgir des tréfonds d’un Melody Nelson, du Bowie période 70 sur Take Back The Instant… General Elektriks à l’image des musiciens de jazz use de la formule "plans" où l’on tend à se réapproprier la musique des autres pour l’emmener ailleurs et lui offrir une vie nouvelle avec ce qu’il faut de présent pour s’inscrire dans l’avenir. Très fortement conseillé.

www.myspace.com/generalelektriks