Pour qui ne connaitrait pas encore le petit prodige Tim Exile, il serait bon de rappeler qu'il a sorti deux albums aux confluences de la drill et du breakbeat en passant par une certaine forme de drum'n'bass hardcore, version dancefloor pour psychotiques, sur le prestigieux label Planet-Mu, avant de changer de maison et de signer ce Listening Tree sur le non moins phénoménal Warp qui fête cette année ses 20 ans d'existence. Développeur de logiciels musicaux, créateurs d'espaces sonores dont lui seul a le secret, Tim Exile construit sa musique aux confluences de la Pop et de l'expérimenatation Electronica, de la grandiloquence énergétique et de l'intimité sans retenue. Ca crisse sur des pistes parsemées de synthés fêlés, semant derrière lui des pépites lumineuses toute Aphex Twiniennes matinées d'Electro Pop virevoltante, de chaleur aspergée de froideur mécanique, de folie rythmique échappée d'un sanatorium pour grands brulés du dancefloor. Il y a aussi du Dave Gahan (chanteur de Depeche Mode) dans cette manière de lancer les vocaux, entre martialité émotive et retenue vrombissante. Tim Exile tisse sa musique autour d'archétypes pour la désosser tel un mécano musicologue et en extraire une essence rare aux allures de futur en construction, clés d'un monde en digestion recomposée, pansements à la sacro sainte Hype qui bousille autant qu'elle encense, qui monte autant qu'elle descend. Tim Exile se réinvente disque après disque, courant après un Saint Graal dont il semble s'éloigner par divertissement autant que par insouciance. Listening Tree est une montagne russe en liberté sur laquelle on monte en laissant au guichet les a priori, guidés par les courbes incurvées d'une linéarité explosée.

Tracklisting: 

Don't Think We're One
Family Galaxy
Fortress
There's Nothing Left Of Me
Her And This
Pay Tomorrow
Bad Dust
Carouselle
When Every Day's Number
Listening Tree
I Saw The Weak Hand Fall 

www.myspace.com/timexile