Le fou furieux de Miami Otto von Schirach, fervent pourfendeur du son qui arrache, des basses vrombissantes et des beats schtarbés, revient avec Oozing Bass Spasms, certainement son album le plus accessible et le plus dancefloor, version fat et rentre dedans, tout de même. Si le garçon n’a rien perdu de sa fougue légendaire, il s’est tourné vers une production ultra efficace qui donne la part belle à une électro trash et rageuse, de booty défoncée au speed, entrecoupée de Junglecore, Magnetic Rave Headache, de Drill, Pussy Pump, et de délire électro acoustique extrême à l’image du délirant Spine Serpents Of Sperm Island, dont le titre en lui même est déjà une invitation au n’importe quoi, totalement sous contrôle. Les textes quand à eux convoquent les zombies à venir baiser dans un enfer transformé en gigantesque dancefloor où il est fatalement conseillé de se laisser emporter par ces 18 salves soniques hautement addictives. La musique de Otto von Schirach déboîte les hanches à coups de haches, démonte le cerveau sous l’assaut répété d’énergies aux allures de fin du monde. jubilatoire et imparable : on en redemande.
 
Tracklisting:
 
Abduction 1314
Subatomic Disco Divas
Nightmare Nipple F
Magnetic Rave Headache
Geliatin Fixation
Dance Like A Hoe
Her Blood Is Poison
Spine Serpents Of Sperm Island
Zombie Halloween
Romance In The Club
Sliced Doves On Codeine
Fried Eggs In My Ear
Pussy Pump
DJ Hepatitis Tofuburger
Stallion Milkshake
S.T.D. Me
We Can’t Get 2gether
Satanic Unicorm Orgy