Christophe Dalla-Ca aka Kiko, fait partie de la scène grenobloise qui a fait exploser ces dernières années, la techno en France, à l'image de ses amis Oxia, The Hacker ou Miss Kittin (tous originaires de la même ville). 7ans après Magic Midnight, il revient avec un nouvel opus, résolument dancefloor à l'efficacité redoutable, jetant les ponts avec habileté entre New Wave, Electronic Body Music (EBM), Italo Disco et Techno, le tout agrémenté d'une petite touche Minimal, à l'image de l'excellent Plaisir d'Eté.

Si l'univers de Kiko s'est élargi par sa diversité, il reste résolument sombre avec ses nappes de synthés cosmiques qui s'agrippent aux parois des murs pour s’y incruster, des rythmiques martiales accrocheuses qui projettent vos membres dans une danse incontrôlable, entrecoupé de l'interlude, Preludia, à la périphérie de Vangélis. Le titre de l'album, Slave Of My Mind, est aussi le morceau phare de l'album aux consonances très Depeche Mode, qui devrait assurer à son auteur d'être l'un des plus joués l'été prochain. Pas foncièrement novateur dans le fond, Kiko s'en tire pourtant avec les honneurs, offrant à la scène techno un opus en forme d'hommage vibrant qui devrait séduire les amateurs du genre. (On regrettera juste le clip, qui est franchement moche).


Roland Torres pour 90bpm
 
Tracklisting:
 
Intro
Slave Of My Mind
Plaisir d'Ete
Preludia
Shanel 78
So Time
Sunburn
7 Minutes
Sciences Naturelles
Ph-1
World End Rock Up
Alone In The Dark