Le jeune Rollie Pemberton, s’est débarrassé de toutes les postures typiques : nostalgie frisant l’intégrisme, gangstérisme de pacotille ou avant-gardisme forcené.
Les beats sont plutôt secs, entêtants, des nappes de claviers déglinguent cette froideur, un sample graveleux se niche dans les interstices appuyé de scratches nets et concis.
Nous sommes en 2008, pas de doutes possibles, Cadence Weapon occupe tout l’espace demeuré encore libre dans la galaxie du hip hop contemporain.
Seuls les sujets traduisent un véritable glissement chez la jeune garde, on s’affaire ici avec des points de vue aussi futiles que pop. Léger me direz-vous, tatouages qui abondent, fêtes rythmées de spasmes compulsifs, coupes de cheveux, modes vestimentaires…

Bien reçu, nous éviterons de trop réfléchir et préfèrerons concentrer tout effort sur le déhanchement de nos culs.  

Blatwords pour 90bpm