A l'heure où je m'apprête à écrire cette chronique, cela fait presque une semaine déjà que Houston et sa région, et le rap game en général ainsi que les amateurs de bon rap sudiste sont en deuil. Pimp C, membre avec Bun B de l'excellent duo texan UGK (pour Underground Kingz) a quitté cette bonne vieille terre. Il laisse derrière lui une floppée d'albums originaux, véritables manifestes de pur son sudiste, funky et groovy à souhait. Le dernier en date, double opus quasi sans fausse note démontre la constance du groupe dans la qualité et un style propre que même le passage par la case prison du défunt MC n'aura altéré. Pimp C laisse aussi derrière lui bon nombre de rappeurs sudistes désormais orphelins, parmi lesquels Chamillionaire qui nous revient avec "Ultimate Victory".

Il est vrai que les sonorités plus froides et plus synthétiques de la musique de Chamillionaire ne reflètent pas une filiation directe avec la musique des UGK mais il n'y aucun doute sur la provenance: Houston, Texas. Notons enfin que les deux Underground Kingz apparaissent tous les deux (mais séparément) sur cet album.
Du lourd en veux-tu, du lourd en voilà. Niveau son et niveau flow, même si ce dernier est un peu monotone à la longue, principal reproche qu'on puisse lui faire. Un timbre de voix qui parfois rappelle étrangement celui de…50 Cent, avec le même talent pour les refrains légèrement chantés. La comparaison s'arrête là. Les deux bonhommes ne rappent pas de la manière et tandis que 50 Cent est susceptible de montrer des signes d'essoufflement, Chamillionaire est solide, album après album, ici titre après titre. Et voilà nos petites oreilles farcies de bons beats dirty et chargées d'ambiances pesantes. Une respiration arrive au premier tiers de l'album, un morceau juste un peu plus calme qui voit poser Bun B, voix reconnaissable entre mille. Et on repart de plus belle avec le morceau qui suit et un Lil Wayne qui se prend pour une "Rock Star" sur fond de guitares saturées suffisamment en retrait pour que le métissage hip hop/rock ne soit pas comme souvent, de mauvais goût.

On ne va pas se faire la tracklist entière, on dira simplement que l'ensemble est homogène et les bons titres se suivent, on en passera un ou deux à la trappe, le sans faute n'existe pas. Je me permettrais de m'attarder sur "Rocky Road" featuring le toujours génial Devin The Dude (j'avoue un gros faible) qui vient poser sa coolitude malicieuse et nonchalante à côté de Chamillionaire. Le contraste est perceptible et fait tout le charme du morceau sans compter une bonne prod. dirty-blues mélancolique qui permet aux deux rappeurs d'être à l'aise.

Ultimate Victory est un peu moins marquant tout de même que le dernier double album des UGK évoqué plus haut (quoiqu'on y vient pas chercher tout à fait la même chose) mais est une sortie sudiste de qualité qui n'aura peut-être pas l'adhésion des détracteurs du genre mais ravira tous ceux qui se sont laissés retourner le cerveau par le dirty south depuis quelques années maintenant.
On dit souvent que New-York est à la traîne et même si cette considération n'a pas beaucoup de sens (ou alors commercial), force est de constater que Houston qui regrettera longtemps Pimp C, est une ville qui ne manque pas de talents faisant briller le rap du sale sud et lui donnant tout son intérêt. N'oublions pas qu'elle est un vivier d'artistes aussi essentiels que (entre autres) Scarface, Devin The Dude ou UGK pour les "vétérans" (dans le hip hop on est vétérans à 30 ans…) mais aussi les Paul Wall, Slimthug, Chamillionaire et j'en oublie…

Moïse "The Dude" pour 90bpm.

Houston forever :
"Standing Ovation"
"Rocky Road"