Jazzy Jeff est une légende vivante. DJ inventeur du Transform (technique qui a révolutionné le scratch à la fin des années 80), producteur et acteur au coté de son pote Will Smith dans le Prince de bel-Air, et surtout membre actif des Touch of Jazz ; crew de producteurs en provenance de Philadelphie qui a créer un renouveau en apportant un son urbain et organique, aussi bien dans le hiphop que dans la neo-soul.

2002 aura marqué un tournant dans la carrière à Jazzy Jeff puisqu’il sortit (enfin) son premier album solo. Paru sur BBE, label sur lequel sont aussi parus les albums d’autres grands producteurs comme JayDee (R.I.P), Marley Marl ou Pete Rock, « the magnificient » reçut un accueil plutôt favorable. Jazzy Jeff enchaina ensuite, toujours sur BBE, une série de mix intitulé « HipHop Forever » où ses talents de dj étaient mis à l’honneur. C’est donc sans surprise que l’on retrouve « the return of the magnificient » sur le même label. L’album s’inscrit parfaitement dans la lignée du précédent : productions old school, scratches dans les refrains, et featurings de bon gouts (rappeurs new yorkais pas trop mainstream, papis du rap toujours actifs et chanteuses néo-soul).

Jazzy Jeff produit des titres dans la pure tradition hiphop, il n’hésite pas à laisser tourner des grosses boucles tout au long du morceau, aime les refrains scratchés bien efficaces et les rappeurs qui prônent les valeurs positives du hiphop. Tous les morceaux sont accompagnés de rappeurs, une version instrumentale sera donc la bienvenue pour tous ceux qui veulent se concentrer uniquement sur les beats de Jazzy Jeff. Pour les autres, le choix des collaborations ne déçoit pas mais ne surprend pas non plus, les vieux potes CL Smooth, Big Daddy Kane et Pos, qui narre les exploits de Jeff sur le très bon « let me hear u clap », viennent poser quelques rimes. La génération actuelle est représentée par les stars de l’underground J-Live, Jean Grae, Rhymefest ou encore Dave Ghetto. Les nouveaux venus se nomment Kel Spencer sur « the definition » à l’ambiance ultra jazzy, et Chinah Blac qui nous dévoile tous ses talents de chanteuse néo-soul sur « touch me with your handz ».

L’album navigue donc entre titres soul chantés et titres jazzy rappés. Un titre se démarque cependant de ce casting classique, celui avec Method Man intitulé « hold it down » qui surprend par son efficacité et on l’espère permettra à Jazzy Jeff de toucher une plus large audience.

The return of the magnificient ne sera pas l’album de l’année 2007 mais il permet à Jazzy Jeff de montrer qu’il fait encore partie du grand échiquier du rap us et ce même si il est signé sur un label anglais.

Morceaux favoris:
-Hold it down
-The definition

Twelv’ pour 90bpm.com