Après la disparition tragique de l'immense J.Dilla, Detroit se retrouve orphelin, mais c'est sans compter sur la relève que représente le producteur et MC Black Milk. Après de dénombrable apparition dans l'underground notamment auprès d'artistes tels que Slum Village, Canibus ou Pharoahe Monch, Black Milk nous arrive ici à la demande générale avec son premier album "Popular demand".

Sur cet opus Black Milk produit l'ensemble des instrus tout en essayant d'exceller dans l'art des rimes. La première chose qui surprend à l'écoute du disque est la ressemblance des beats avec certaines prods de J.Dilla, comme par exemple le morceau "Lookatusnow" avec Phat Kat qui ressemble beaucoup au morceau "Pause" de Jay Dee et Frank N Dank.

Le morceau "U" bien que produit par Black Milk nous plonge dans l'univers du producteur de Little Brother, 9th Wonder, avec un sample de voix ultra pitchée et un refrain chanté. Mais loin d'imiter certains artistes, le MC producteur nous propose aussi des morceaux de son empreinte comme "Shut it down" un des morceaux à écouter et réécouter avec plaisir sur cet opus.

L'album regorge de belles compositions comme "Say something" ou le splendide "Three + sum" qui reprend le thème de l'amour façon partie à trois déjà utilisé par JayDee et ses acolytes de S.V. dans "Climax". Le flow du MC est impeccable dans la lignée de ses prédécesseurs qui sont Baatin, T-3 ou Obi Trice. Beaucoup de featuring également sur le disque, on retiendra "Action" avec Slum Village, la participation de One.be.lo sur "Take it there" et surtout le single, tout en puissance "Sound the alarm" qui introduit Guilty Simpson. Des Interludes de toutes beautés viennent également consolidé le tout et assure le talent du producteur. Dommage que certains morceaux se ressemblent un peu trop au niveau de la prod et du flow.

L'opus sorti sur Fat Beats légendaire disquaire devenu label et l'une des preuves qui démontrent que Black Milk à bien sa place au milieu d'artistes underground à fort potentiel. Reste au jeune talent à prouver les espoirs placés en lui.

Un album finalement sans surprise, qui impose Black Milk comme un producteur et MC de talent, mais sans vraiment imposer une empreinte forte dans le Hip Hop. Il marque la continuité du rap made in Detroit même si il faudra sans doute compter sur le MC dans l'avenir proche. En conclusion, un premier album pas indispensable, mais qui vaut le détour et qui peut donner une lueur d'espoir aux nombreux fans de J.Dilla.

P.K. a.k.a. K-Lé pour 90bpm.com