Je ne crois pas être trop subjectif en disant qu'il y a du génie chez Timbaland. Ni en disant que le bonhomme a sa place et une bonne place au panthéon du hip hop. Après avoir redéfini les règles de la production au travers de nombreux hits pour un panel aussi varié qu'impressionnant de rappeurs/rappeuses, après avoir prouvé par exemple avec brio que le hip-hop pouvait s'inviter sur n'importe quel dancefloor, monsieur Mosley décide de voir plus loin, plus haut,
de viser la pop au sens large. C'est pourquoi il nous est revenu il y a quelques temps avec l'album de Nelly Furtado "Loose" et celui de Justin Timberlake, l'irrésistible "Futuresex/Lovesounds", deux cartons justifiés. C'est que Timbo a une qualité rare : un talent et une créativité proportionnels à son ambition. Ou le contraire. Et pour compléter ce nouveau pan de son ouvre, il nous offre son album, à lui, avec une pléiade d'invités tout de même.

Alors, tient-il ses promesses me dira-t-on ?

L'album pourrait se diviser en deux moitiés. Une première, excellente, qui constitue une suite parfaite à ses derniers projets parus (les deux opus suscités) et une autre un peu plus inégale, moins marquante, où Timbaland s'essaye parfois à introduire un peu de rock, le résultat n'étant pas toujours très heureux comme sur "One & Only" (feat. Fallout Boys), dont le refrain très "Linkin Park" fait un peu tâche sur l'ensemble. On y trouve quelques morceaux dispensables comme Apologize (feat. One Republic), ou plus surprenant le dernier titre de l'album "2 man show" avec Sir Elton John (s'il vous plaît) au piano, malheureusement l'écoute pour être assez plaisante ne laisse pas grand
souvenir.

Mais revenons à cette première très bonne moitié, qui commence fort avec le titre "Oh Timbaland" unique titre où il est seul au micro et s'en sort bien en collant à l'instru, épousant la rythmique comme le fait par la suite chaque invité, de sorte que le chant ne fasse qu'un avec la musique. Puis viennent le single Give it to me (avec Justin et la jeune Nelly) et le tubesque "Release" (toujours avec Justin). Ces trois premiers titres étant peut-être les meilleurs de l'album avec leur mélange d'électro-hip-pop puissant, rythmé et mélodique,
synthétique et un peu futuriste mais habité et riche dont seul Timbo semble détenir le secret. Notons que les prods sont régulièrement (sur cet album comme ailleurs) co-signées par Danja, nouveau complice de notre producteur de génie. Et si c'était lui le monsieur plus du renouveau de Timbaland ?

Passons sur quelques hits potentiels pour arriver au seul morceau exclusivement hip-hop de l'album qui s'intitule "Come & Get Me" et voit Tony Yayo et 50 Cent livrer une belle prestation. Le morceau fait penser à certaines prods récentes de Dre, beat sec et notes de piano, à la différence près que Timbo y ajoute outre la sienne au refrain, des voix qu'on dirait échappées d'une ouvre lyrique et ce détail finit alors de donner une fantaisie inédite à l'ensemble. Dr. Dre, présent le temps d'un couplet anecdotique sur le morceau "Bounce" de bonne facture aux côtés d'une Missy en forme et de l'ami Timberlake. Les nostalgiques
seront heureux de retrouver Magoo le temps du titre "Boardmeeting", qui clos cette excellente première partie.

Dans la continuité de ce qu'il avait fait pour le hip-hop, Timbaland se
réinvente et démontre avec un sens unique de la composition et de la rythmique qu'il est toujours prompt à créer les tendances plutôt que de les suivre. Signalons qu'il est crédité de trois productions sur le dernier album de Björk.la classe, non ?

Best cuts
Oh Timbaland
Give it to me (feat. Justin Timberlake & Nelly Furtado)
Release (feat. Justin Timberlake)

Moïse pour 90bpm