3 ans et demi après leur dernier essai, IAM revient sur le devant de la scène avec comme arguments de choc une spontanéité retrouvée, des morceaux moins compliqués et le come-back tant attendu des univers à thème. Après un quatrième album solo d’Akhenaton encourageant, un changement de maison de disque et des premiers extraits très prometteurs, voilà qu’arrive un « street-album », un mois tout juste avant la sortie du nouvel opus. Mais à l’inverse de beaucoup d’autres projets du même type, ici pas de remplissage futile, de remix ou de best-of ; c’est bel et bien des inédits (du groupe, de ses membres en solo et de leurs proches) qui nous sont servis en guise de bande-annonce. 

Le visuel léché, dans le plus pur style du groupe, pourrait laisser croire que nous avons déjà affaire au 5ème opus du groupe phocéen. Mais non, il ne s’agit que du “trailer” de la Saison 5, présenté par Cut Killer et Dj Kheops. Et première bonne nouvelle, les références mythologiques, cinématographiques et mystiques sont enfin de retour ! Cruellement absents de Revoir Un Printemps, les échantillons épiques, les samples de péplums historique et les dialogues scratchés reviennent dès l’intro, sur la même musique que le prologue de « je lâche la meute », track mythique du sextet. Si l’univers du  « Seigneur des Anneaux » semble être le fil rouge de cet épisode-ci, les marseillais n’en oublient pas pour autant de (re)partir dans le désert de Sad Hill, de faire intervenir l’Empereur du Côté Obscur et les scripes égyptiens ou encore d’emmener l’auditeur sur les tatamis des dojos d’extrême orient. Les fans purs et durs seront donc ravis, d’autant qu’aucune contrainte ne semble avoir freiné le groupe dans l’approche des thèmes. 

Ainsi Akhenaton approche enfin de manière directe et dédiée sa passion pour Pro Evolution Soccer, dans Rooney, un égotrip mémorable aux punchlines multiples et au refrain chanté comme un ménestrel ! Même les rares personnes étrangères au célèbre jeu de foot souriront de bon cœur, car le sens de la rhétorique d’« Augusto Pincohill, le général qui descend les gens dans les stades » fait mouche à tous les coups. L’autre bonne surprise vient de Freeman, auteur de morceaux solos très surprenants, dans un esprit proche de ce que l’ex Malek Sultan faisait à la fin des années 90. C’est avec grand plaisir qu’on le retrouve sous les traits de Tuco, dans une ambiance “Enio Morriconesque” sans beat des plus plaisantes, ou su le bonus track Ils ont vu, autre solo de bonne facture.

En toute logique, les morceaux du groupe sont majoritaires et d’une qualité légèrement supérieure au reste, en terme de finitions notamment. Autre détail qui saute aux oreilles, c’est le retour des morceaux « à deux ». Freeman, à qui on a reproché d’être “trop” présent sur Revoir un Printemps, semble s’être mis de lui-même en retrait. D’une part, ses apparitions (plus rares, donc) gagnent en qualité, et d’autre part IAM retrouve sur trois quarts des tracks sa forme originelle. De la sorte, Shurik’n et Chill peuvent de nouveau explorer plus longuement les thématiques abordées, et en finissent enfin avec les énormes écarts de niveau entre les couplets. Résultat, le groupe retrouve un certain équilibre et une harmonicité qui laissent présager du meilleur pour l’album à venir. Attention toutefois à ne pas abuser des refrains chantés !  Le combo

Seul bémol, aucun des invités (producteurs mis à part) n’arrive à tenir réellement la distance. Seuls Chiens de Paille et Veust Lyricist, bien qu’en dessous de leur niveau habituel, proposent d’honnêtes prestations. A l’inverse, les Psy4, Bouga, Faf et les Mc’s Arabica sont eux carrément à côté de la plaque. Dommage, mais heureusement que ces passages à vide sont rapidement zappés par les excellentes prestations d’IAM et, de ce fait, ne viennent en rien gâcher le plaisir d’écouter cette mixtape. Autre (petite) remarque, l’absence d’Imhotep aux manettes ; mais que les puristes soient rassurés, c’est lui qui sera aux commandes d’une grande partie des morceaux de l’album à venir au mois d’Avril. En attendant, les divers producteurs qui se relaient le long de cette tape fournissent tous de bons instrumentaux, privilégiant l’échantillonnage à la composition. Tant mieux, car le dernier album d’Akh a beaucoup souffert de l’absence de samples. Dernières petites remarques au cahier des doléances, l’absence d’Akh sur Prendre Une Seconde, morceau calme et mélodieux qui aurait très bien pu convenir au bonhomme, toujours très à son aise sur les sons d’Hal. Même chose pour Shurik’n qui n’aurait pu que briller sur Le Secret Des Micros Violents, à l’ambiance “asiatique” clairement proche de L’école du Micro D’Argent … Par ailleurs, ces deux morceaux n’en restent pas moins très bons.

Gardons tout de même le meilleur pour la fin avec l’incroyable Sale Argot. Ce dernier n’aurait été que « bon » sans le dernier couplet d’Akhenaton, qui d’un 16 mesures rend ce track … mémorable. Incompréhensible au premier abord, le partie d’Akh est en fait écrite et rappée dans un langage atypique, le Louchébèm. Pour information, c’est l'argot qu’ont créée et utilisé les bouchers parisiens et lyonnais au XIXe siècle. Bien que toujours connu et usité dans cet univers professionnel, ce jargon, dont le processus lexical peut être rapproché du verlan, reste néanmoins obscur… Qui donc aurait l’idée de rapper dans ce jargon si ce n’est Akhenaton !!?? Plus bluffante encore est l’aisance avec laquelle Chill pose ce couplet, comme si le bonhomme avait vie secrète de boucher ! Bref du Iam tout craché, à l’image de ce qui a fait la force du groupe après près de 20 ans d’activisme acharné. 

Ce street-album est donc une excellente mise en bouche avant l’album, un apéro à la marseillaise, simple et sans prise de tête. Exactement ce qu’on attend d’IAM depuis l’époque de l’Ecole du Micro d’Argent. Si tout n’est pas encore parfait, espérons que l’album qui suit de près ce “teaser” confirme toutes les bonnes choses annoncées dans cette mixtape. En tous cas, le grand retour aux sources du groupe ne fait plus de doutes. La bonne qualité des trois quarts des morceaux, le mix sympathique et le tout petit prix devraient satisfaire même les plus sceptiques de marcher aux côtés des armées du Mordor… Vivement le début de la Saison 5 !

01 – Iam feat Cut Killer : Intro Du Mordor (Produit par Akos)
02 – Iam  Quand Les Feuilles (Produit par Akhenaton)
03 – Freeman – Mixtape Iam (Produit par Akhenaton)
04 – 12 Mc's (Produit par Dj Cori -Fbi)
05 – Iam – Rap Strict (Produit par Akhenaton)
06 – Freeman – La V (Produit par Akhenaton)
07 – Bouga – Ne M'en Voulez Pas (Produit par Affiz.Bess)
08 – Faf Larage – Mefi (Produit par Street Faboulous)
09 – Shurik'n – Qu'est-Ce Que Tu Veux (Produit par Angle Mort)
10 – Akhenaton – Rooney (Produit par Ahenaton)
11 – Freeman – Tuco Theme (Produit par Akhenaton)
12 – Mc's Arabica – On t’fait mal (Produit par Nico)
13 – Iam – Le Secret Des Micros Violents (Produit par Akhenaton)
14 – Psy 4 – Version Originale (Produit par Soprano)
15 – Chiens de Paille – Si Tu Savais (Produit par Hal)
16 -Akhenaton – Ferme Ta Gueule (Produit par Dj Cori)
17 – Veust – La Montagne (Produit par Jones)
18 – Iam – Sale Argot (Produit par Akhenaton)
19 – Iam – Prendre Une Seconde (Produit par Hal)
Bonus track : Freeman – Ils ont vu (Produit par AKOS)