Et le casting est une fois de plus très alléchant : outre une partie des mêmes "noms" du premier opus, d’autres personnalités viennent prêter moins forte au Monaster, tel que Jeff Le Nerf, Zoxea, Sept, James Delleck, Chiens de Paille ou Zoxea. Rien que ça ! Mais étrangement, ce ne sont pas eux qui proposent les meilleurs moments de l’album. Sans démériter, on était en droit d’attendre mieux de la part des Chiens de Paille (qui refourguent un de leurs moins bon titres, en outre déjà disponible dans Tribute) ou de Zoxea, qui se contente juste d’une impro. L’idée est sympathique, mais on pouvait attendre mieux du King de Boulogne que d’une improvisation.
La bonne surprise vient de Shaolin lui-même, très en vogue sur son propre projet. Que ce soit dans une ambiance old school aux côtés de Sheek le vétéran (Do The Right Thing), dans un égotrip léger (De l’odieuse au grandiose) ou avec un superbe morceau intimiste produit de main de maître par K-Tharsis (Objecteur de Conscience), le rappeur du collectif le Monaster survole son projet avec beaucoup de maîtrise. Preuve qu’il faudra suivre de près les prochaines sorties du bonhomme.
Le reste va du très bon à l’anecdotique, bien qu’il n’y ait que très peu de morceaux à jeter sur cette compilation. Misant sur l’éclectisme et sur les nuances d’une musique qui n’a pas qu’un visage, le Monaster nous propose de découvrir un nouveau très bon morceau de Fitzroy, qu’on ne présente plus, de retrouver un Jeff le Nerf en très grande forme ou encore de faire connaissance avec l’univers sonore très atypique du groupe Les Gourmets. Les styles sont onc variés, et tout le monde devrait y trouver son compte.
Mention spéciale à Fisto qui nous gratifie d’un morceau sublime, Soliloque, et qui restera comme l’un des plus beaux tracks de rap français de ces derniers mois. Le pilier de la Vème Colonne se promène de façon magistrale sur le piano Jazzy de Defré Baccara pour notre plus grand plaisir, livrant un texte intime de toute beauté. Grandiose.
Pari réussi donc pour le trio du Monaster, qui nous propose un second volet plus abouti encore que son prédécesseur. Tous les ingrédients de la réussite sont là, avec un kaléidoscope de qualité présentant un panel intéressant des nouveaux acteurs de la scène rap en France. Si quelques déceptions venant des grands noms ternissent quelque peu le projet, on ne peut que saluer le talent des activistes et des artistes à l’origine de ce projet.