Mc à plein temps Sadat X ne l’est pas complétement puisqu’il est également les casquettes d’entraineur de l’équipe de basket de la Harlem’s Riverside Church et enseignant en école primaire dnas le quartier Uptown de New York. C’est donc un Sadat X, mature et expérimenté qui nous livre ses reflexions sur sa vie et sa ville, 15 ans après sa première pierre discographique. Le bonhomme n’a rien perdu de sa plume et de son flow atypique à l’image du morceau "God is Back", le grand moment de cet album, produit par Dj Spinna. Rappelons que les deux  avaient déjà collaboré sur le maxi « planX » en 2002. On constate avec étonnement que ses acolytes de Brand Nubian ne sont présents sur aucun titre et l’on retrouve Heltah Skeltah sur "The Great Diamond D" produit par le membre du D.I.T.C, les proches de Sadat X, Money Boss Players et deux autres talentueux vétérans, Ed OG et Agallah sans qu’aucun des featurings ne soient particulièrement éblouissants. Les productions sont hélas inégales péchants le plus souvent par manque d’originalité mais les nostalgiques du Golden Age des années 90 salueront la qualité des productions sur "Creep" produit par A Kid Named Roots, "The Daily News", "Help Yourself" et "Have A Good Life" produits respectivement par deux inconnus, Kelph Dollarz et Shan Boogie. On retrouve avec surprise les anglais de Nottingham P Brothers sur "Come On Down (Remix" et ses roulements funk tapageurs et sur l’outro (NY Fanfare).
A l’heure où beaucoup de mc’s sont interchangeable par leurs styles, leurs flows et leurs productions, Sadat X n’a rien perdu de son originalité et reste trés loin des suiveurs de tendances. Il mériterait cependant que sa plume alerte bénéficient de meilleurs productions et l’on se met à réver de ce que pourrait donner un album produit par un Pete Rock ou un Kev Brown.