“Ain’t been this much hype since that Nas and that Hov shit”, “I’m the king of NY, all these other niggaz are liars and bitches”… Ce genre de phases dans la bouche de n’importe quel rappeur lambda auraient de quoi faire sourire. Mais quand ils sont prononcés par Fat Joe, ils ne font plus rigoler personne. Personnage emblématique du Bronx, figure de proue de la communauté hispanique new-yorkaise, auteur d’innombrables classiques en solo, avec son crew le Terror Squad ou encore au sein du mythique DITC, Crack revient avec un 6ème album solo. Et Don Cartagena n’a pas fait les choses à moitié…

Un an à peine après le carton de « Lean Back », quelques mois après l’imparable « New York » et une poignée de semaines après ce beef ultra médiatisé l’opposant à 50 cent, All or Nothing semble donc arriver au bon moment. Galvanisé par plusieurs singles de très bonne facture, l’albumpeut aussi et surtout compter sur quelques uns des producteurs les plus en vue du moment : Cool & Dre, Scott Storch, Swizz Beatz, Lil’ Jon, Timbaland ou encore Just Blaze.

Voix pitchées, guitares électriques, refrains R’n’B, beats clinquants… Cook Coke Crack applique les formules en vogue actuellement, et tant pis pour ceux qui espéraient un retour à quelque chose de plus brut. On ne compte pas le nombre de hits potentiels, outre les très bons Safe 2 Say ou So Much More, déjà disponibles depuis plusieurs semaines. Ainsi l’album démarre sur les chapeaux de roue avec Does Anybody Know, survitaminé par son sample de rock imparable et ses voix accélérées. Fat Joe n’a rien perdu de sa verve légendaire, et malgré quelques carences de fond, son flow péchu fait mouche à tous les coups. Très à l’aise quelque soit l’ambiance, on le sent au mieux de forme lorsqu’il s’agit de défendre son honneur.

Descendu par Fifty sur le morceau Piggy Bank, qui a fait coulé tant d’encre cet hiver, le Don n’a pas hésité une seconde à contre-attaquer… Surtout que le track qui a mis le feu aux poudres était relativement faible niveau contenu. My Fofo remet donc les pendules à l’heure, Cool & Dre ayant sorti l’artillerie lourde. Si on est encore à des années lumières de Ether et Takeover, l’énergie dégagée par cette réponse suffit à mettre Ko le pauvre Curtis Jackson, que Fat Joe accuse de délaisser New York et de n’être bon qu’à bouger son cul dans des clips mielleux (sic).

Crack, lui, n’a pas délaissé la rue. Il continue d’en faire sa muse, et en écoutant les deux parties de Temptation, on semble retrouver l’essence de Fat Joe : l’un des piliers du DITC, le comparse de Pun, l’auteur du génial Jealous One’s Envy.
Malheureusement, au milieu de tous ces hits mainstream, ces deux bons tracks semblent faire tâche d’huile. Avec les beaux jours qui viennent, on préfèrera finalement s’écouter So Hot, où s’illustre avec brio un R. Kelly très en jambe. Nul doute que ce tube ensoleillé aura droit à un fort taux de rotation lors des parties sur les plages des quatre coins du globe. Le fameux remix de Lean back, s’il reste toujours aussi efficace, fait un peu réchauffé plus d’un an après son succès planétaire, bien que plein de néophytes seront ravis d’entendre pour la première fois Lil’Jon hurler ses gimmicks entre les très bons couplets de Mase et d’Eminem.

Alors, All or Nothing fera-t-il de Fat Joe le « Roi de New-York » ? Peu probable. Mais ce monument du Bronx, à la carrière si riche, a franchi un nouveau pas vers ce trône si convoité.
S’inscrivant désormais parmi les artistes blockbuster, le Don ne devrait pas avoir de mal à exploser les scores avec cet opus très spectaculaire. C’est justement ça qui risque de lui faire défaut; à trop miser sur la forme au détriment du fond, Fat Joe en oublie presque que son écriture était l’un de ses meilleurs atouts. Sûrement boudé par les puristes les plus orthodoxes, l’album a tout de même de beaux jours devant lui. Fort d’une production « haut de gamme » impeccable de bout en bout, du charisme de Joe resté intact et de plusieurs hits incontournables, All or Nothing a suffisamment d’arguments pour plaire aux fans de longue date de Joey Crack.

Tracklisting :
1. Intro (prod. Streetrunner)
2. Does Anybody Know (prod. Nasty Beatmakerz)
3. Safe 2 Say (Incredible) (prod. Just Blaze)
4. So Much More (prod. Cool & Dre)
5. My Fo Fo (prod. Cool & Dre)
6. Rock Ya Body (prod. Cool & Dre)
7. Listen Baby Featuring Mashonda
8. Get It Poppin Featuring Nelly (prod. Scott Storch)
9. Temptation 1 (prod. Dj Khaled)
10. Temptation 2 (prod. Dj Khaled)
11. Everybody Get Up (prod. Timbaland)
12. I Can Do U (prod. Cool & Dre)
13. So Hot Featuring R. Kelly (prod. Cool & Dre)
14. Lean Back (Remix) Featuring Lil Jon, Eminem, Mase, and Remy Martin ((prod. Lil’Jon)
15. Beat Novacane (prod. Dj Khaled)
16. Hold U Down Featuring Jennifer Lopez

Morceaux favoris :
2. Does Anybody Know (prod. Nasty Beatmakerz)
4. So Much More (prod. Cool & Dre)
5. My Fo Fo (prod. Cool & Dre)