Pour l’avoir vu en live, on remarque qu’un brin de folie rock et d’extravagance disparaît sur disque avec une China plus sage, moins effrontée en studio. Les mélodies sont trop frêles et sa voix aurait méritée d’être chahutée un peu plus, poussée dans ses retranchements par des instrus plus rugueuses. Il manque cette guitare aggressive, ce son électro bouncy, cette batterie qui sonne vraiment live. Il manque un hit enflammable pour dancefloor. On aurait aimé la voir aller un peu plus du côté de la pop acidulée et des sonorités électroniques. On se console en réecoutant « Si c’était à refaire » »