Pour changer, l’ industrie est wack et les majors ont pour objectif affiché de voler le cerveau du plus cinglé des rappeurs ultramagnétiques, option mise sur la perruque. Déterminé à renvoyer l’ ascenseur en l’ infiltrant, via les compos de Marc Live échappées de son Electro bounce non stop studio, Kool Keith va jusqu’à s’en accaparer les canons pour mieux la détruire de l’intérieur comme l’utilisation de chorus sexuels sur la mixture dancehall « Gotta do » ». Synthés galactiques en avant