Dr Octagon, Dr Dooom, Révérend Tom, Black Elvis, Robbie Analog, la schizophrénie galopante de Kool Keith, l?a souvent obligé de multiplier les pseudos pour préserver quelque peu sa santé mental. Un état psychique, que la légende dit, des plus instable. Habile excuse sans doute pour un Mc dont les multiples personnalités, lui permettent de repousser les limites de son rap, de multiplier les aventures rapologiques les plus fantaisistes, les plus avant-gardistes, les plus géniales. La tache de DJ Junkaz Lou était donc à la fois passionnante, mais aussi complexe : Comment lier les différents univers souvent très différents de ce fou absolu dont le génie n?a jamais disparu depuis l?époque old school des Ultramagnetic Mc?s.

Dj Junkaz Lou / Kool Keith Space Tape

Tache ardue, mais finalement réussi. Le DJ de la Malédiction du Nord réussit aisément à passer d?un univers Kool Keithien à un autre, faisant adroitement fi de la chronologie et de la discographie du monsieur. Les élucubrations sanglantes d?un Dr Dooom rencontrent les délires médicaux d?un Dr Octagon, les divagations rock?n?roll d?un Black Elvis sympathisent avec la folie douce d?un Kool Keith partisan de la fessé (Spankmaster).

Dj Funkaz Lou retranscrit avec talent les différentes obsessions de Keith Thornton : la sexualité la plus débridé (Sex Style, Keith ?n? Me), l?Ego trip le plus incongru (Kool Keith is Psyko, Mad Trucks) et sa haine de l?industrie du disque en général et des autres rappeurs mainstream en particulier (Industry is Wack, Thug or What). Mais ce qui à fait toute la célébrité de Kool Keith ce sont ces délires « spatio-medico-futuristes-avant-gardistes ». Commencé à l?époque de the Cenobytes (Lex lugor), ces égarements atteint son apogées avec Dr Octagon, oeuvre monumental et indémodable. Un album dont Junkaz Lou pimente sa mix tape de nombreux morceaux. Des tracks ancrés pour toujours dans l?histoire du rap comme le très rock I?m Destructive ou le mélancolique Blue Flowers. En fin biographe musical, Junkaz Lou n?a pas oublié l?époque bénit des Ultramagnetic Mc?s, et propose en fin de face A une petite session mix des plus nostalgique.

Enfin l?utilisation originale de sons de korg et de synthétiser par Dirty Dezer, ne sont pas superflu, ils se combinent adroitement aux basses transgéniques des productions de l?américain, et fait de cette K7 plus qu?une simple succession de morceaux adroitement mixés.

Dans le flot incessant des sorties mix tape, celle de DJ Junkaz Lou sort indéniablement du lot. Ce tour d?horizon (presque) complet de l?univers de ce Mc fécond à l?univers débridé rend ce projet indispensable.