La volonté de s’affranchir des étiquettes propres au milieu rap conservateur, ils nous offrent sur 5 plages 67 minutes d’ air frais: rock, body music, booty, detroit techno, HH ‘mtv base’.. tout y passe. Le funky artwork de l’obscur Aboubabrar nous convie directement dans leur monde, invitant Kool Keith sur 8 bits, sautant de TTC vs Detroit grand pubahs à "Fuck rap" d’APC. Fuck les barrières de temps et de style, les enchaînements improbables se succèdent de Missy & Ludacris à l’ électrofunk de JJFAD, du gothique de Bauhaus à The Clipse, sans qu’ on ait le moindre sentiment d’incohérence. La plage 3 est peut-être la plus surprenante, le remixe par Tacteel d’ "Oh boy" travaillant, outre les voix cutées, surtout les drum patterns en syncopes et pass pass déjà entrevus sur "Butter for the fat" (avec au passage un intermède de PE, effectivement). Hormis une reprise douteuse de ‘Being like a virgin’, la sélection est parfaite et monte en flèche entre bootlegs jiggy de Diplodocus, Kid 606 et remixes classiques (Le Tigre vs dfa, "Sucubz" rmx) pour un finish 80s'(Cybotron, Arpanet ) de toute beauté.

Le peu de scratches n’est pas terrible mais l’essentiel réside vraiment dans le mixe en lui-même, les morceaux se superposant et se mélangeant entre eux (mention spéciale à la plage booty/ghetto tech) pour un résultat éminemment fluide. Leur agencement d’ailleurs consciencieusement étudié au préalable, les deux djs se jouent des tempos et des bpms pour faire de cet objet plus qu’ une simple compilation, un accessoire vite nuisible pour la santé de vos voisins. Direction Katapult pour bouncer jusqu’à l’aube.