La dernière sensation en date est l’association d’un des membres de Funkstörung, célèbre duo de la scène électronique allemande, et de Peabird, DJ hip hop de Munich connu pour sa série de breaks Breaksruz. Le résultat de leur travail, Deadly wiz da disko, souvent très proche des travaux de Scott Herren, n’a rien de particulièrement surprenant. On y retrouve tous les éléments du hip hop broyés, destructurés et reconstruits par des machines: scratchs, bribes de voix rappées…

Le travail effectué sur les rythmes est peut-être le plus intéressant, mais encore une fois plus ou moins déja entendu chez d’autres artistes: le fameux effet syncopé donnant l’impression que le disque saute par intermittance. Au final les instrus sont parfois ratées et parfois réussies, atteignant rarement la musicalité et l’émotion qu’on décelait chez Prefuse 73. Elles ne se suffisent souvent pas à elles même, et manquent d’une présence plus importante de MCs . Beans de feu Antipop Consortium s’en sort honorablement, on croise aussi les peu connus Tryflynn et Profidence, mais un léger sentiment de frustration s’instaure lors de l’écoute de l’album. On aurait aimé entendre des M Sayyid, des Busdriver, ou des anglais de chez Big Dada venir foutre le boxon, micro en main, dans cet univers de technologie et de machines.

Voilà, cela n’a rien à voir avec la disco, et c’est quand même un disque tout à fait recommandable.