Si Scott Heren alias Prefuse 73 en a fait son petit protégé, cela n?a rien d?étonnant. Nouveau né de la scène électro/hip-hop actuelle, avec ce premier mini album instrumental, Dabrye réalise une belle démonstration de groove minimaliste.

Dabrye / Instrmntl

Sons cristallins, mélopées souples et soyeuses, dès la première écoute Instrmntl surprend par sa finesse acoustique, par la justesse de ses arrangements. Chaque son semble méticuleusement travaillé et si l?on regrette parfois quelques longueurs, c?est oublier leur consistance. Tantôt jazzy (D-town tabernacle choir), tantôt technoïdes (prospects) mais toujours merveilleusement groovy, les productions de Dabrye s?efforcent de recréer un univers digital minimal et imperfectible. Eliminé de ses voyelles, vous ne trouverez donc ni scratches ni mc?s aux discours ostentatoires sur « Instrmntl ». Pourtant, ceux ne sont pas les références qui manquent : lorgnant allègrement du côté des beats soignés de Jay Dee (lui aussi originaire de Detroit), des sonorités acides d?un Kraftwerk, et des ambiances feutrées de De La Soul ou ATCQ, Dabrye se révèle être un talentueux bidouilleur (« this is where i came in » n?a rien à envier au « Big Booty Express » de son fameux collègue Jay Dee). Premier opus réussi, instrmntl est aussi la deuxième sortie d?Eastern developments Music, jeune label distribué pour l?occasion par l?autre grandissant label de Chicago, Hefty records (Telefon Tel Aviv, Phil Ranelin, Slicker ou encore Savath+Savalas). L?année 2003 s?annonce prometteuse?affaire à suivre?de très très près?.