on aurait pu se demander comment cela serait-il possible tant Them était révolutionnaire et innovant grâce notamment à la maîtrise de la sp1200 par Jel qui nous livrait des productions d’une richesse et d’une complexité déconcertante. Pourtant lorsque Clouddead (avec Why ? et Odd Nosdam) puis Circle (avec Boom Bip) la «  » maxime «  » de Dose prenait toute son ampleur et l’on se retrouvait avec 2 albums qu’on ne peut que qualifier de fantastiques. C’est donc avec un certain enthousiasme que l’on attendait «  »The no music » » deuxième album du binôme Themselves (Jel à la production et Dose One au micro) qui devait logiquement pousser à son paroxysme aussi bien l’innovation que la qualité. »