Michael le met en contact avec des musiciens jazz et sollicite ses productions. C’est ainsi que parait «  »Land of the lost » » en 1996