A L’ÉVOCATION DE CET HOMMAGE, UN SENTIMENT DE HONTE NOUS TRAVERSE PARCE QUE NOUS L’AVIONS OUBLIÉ KARIMA…

Au moment d’écrire cet article, un sentiment de honte nous traverse. Comme tout le monde, on a vu passer la publication comémorative de Sat L’Artificier à propos de la disparition de Karima en 2019. Elle était connue pour être la célèbre voix du refrain des « Bad Boys de Marseille », morceau de Akhenaton sur son premier album « Métèque Et Mat » en 1995. Le track avait révélé la Fonky Family dont cette chanteuse fît partie à un moment où la nécessité d’avoir des refrains chantés se faisait sentir pour le groupe.

Un sentiment de honte car on est toujours incapable de vous dire son nom de famille et de vous raconter son histoire. On sait qu’elle avait quitté la FF lorsque la formation était revenue à des bases musicales plus brutes. Ce qui n’était pas sans conséquences au niveau de leurs relations. On sait aussi que « Bad Boys de Marseille » n’était pas le seul track où elle était apparue. On sait enfin qu’elle avait tenté une carrière solo dans le rap sans grand succès. Mais quoi d’autre ?

On a tous chanté ce refrain comme des tarés mais on se souvient d’elle comme un lointain et flou souvenir, et c’est horrible. En parcourant le web, on a vu que l’ensemble des médias (dont nous faisons partie) avait relayé l’information sans jamais raconter d’autres que les lignes que vous venez de lire. L’effet « name dropping » de AKH et de la FF pour faire provoquer les clics chez Voici, Télé Loisirs, Démotivateur, Public etc.

Ces quelques lignes n’engagent que nous. Certains seront tout à fait capables de nous raconter l’histoire de Karima (et on vous incite à nous en faire part). On saluera évidemment le fait que sa voix résonne sur un morceau culte du rap français.

Il n’est jamais trop tard pour rendre hommage à quelqu’un. On espère l’avoir fait, même un an après.