DES ALLÉGATIONS SÉRIEUSES DE LA PART D’UNE EX-COMPAGNE DONT LES FAITS SE SERAIENT PRODUITS IL Y A 10 ANS.

L’histoire commence en juillet dernier, Myvanwy Evans réagit à l’apparition d’une figure du rap anglais dans un documentaire sur la BBC. En s’appuyant sur le fameux discours de la socio – démocrate Alexandria Ocasio-Cortez après qu’elle se soit fait insulter de « salope » par le républicain Ted Yoho, la femme avait voulu s’exprimer sur sa mauvaise expérience de couple avec ce rappeur 10 ans auparavant : « … j’essaye d’ignorer l’hypocrisie d’un homme qui est connu et respecté, qui est marié avec des enfants, mais qui pourtant m’a physiquement, mentalement et émotionnellement agressé moi et d’autres femmes sans excuses ni remords ».

8 semaines plus tard, elle révélait que le rappeur en question n’était autre que Rodney P, un des pionniers du hip hop UK. Dans une nouvelle publication, elle tenait à remercier les nombreux messages de soutien. Elle avait ajouté que les violences qu’elle avait subit étaient intervenues alors qu’elle était enceinte.

Il y a quelques jours, le 15 novembre exactement, Evans a continué à parler de son histoire sur les réseaux sociaux, fustigeant cette fois-ci le label Tru Thoughts de son silence vis à vis du comportement d’un de ses artistes. Mais les explications sont devenues encore plus précises et plus glauques. On apprend qu’elle avait perdu son bébé suite aux violences de Rodney P. Pire, elle révèle que la même tragédie s’est répétée plusieurs fois et que l’une d’entre elles avait valu à l’artiste un passage en prison en 2011. On aurait affaire à un comportement violent chronique des plus horrible si les faits étaient avérés.

Pour le moment, Rodney P ne s’est pas exprimé sur cette affaire. Mais elle prend de l’ampleur. Il est d’usage de lui laisser cette fameuse « présomption d’innocence » mais il devrait peut-être réagir à ces allégations assez rapidement. Le temps est résolument contre lui.

Affaire à suivre.