« RIP KING ».

 

 

Depuis 2016, il incarnait le personnage de T’Challa, autrement connu comme le premier super-héro noir de l’univers Marvel crée en 1966. Chadwick Boseman vient de succomber à un cancer du colon à l’âge de 43 ans. La maladie fût diagnostiquée la même année  au moment où il joua pour la première fois le souverain du Wakanda dans « Captain America : Civil War ». 2 ans plus tard, le personnage bénéficia de son propre film, long métrage qui constitua un électrochoc culturel auprès des communautés noires dans le monde entier.

L’acteur américain fût la figure de proue d’un film réalisé par Ryan Coogler, aux divers performances et même records : premier film avec un casting à plus de 90% noir, 1,3 milliards de dollars de recette (9ème film le plus rentable de l’histoire) ou encore 3 Oscars sur 7 nominations en 2019 dont celui de la meilleure musique pour le compositeur Ludwig Göranson. L’œuvre, dont une suite est prévue dans le cadre de la phase 4 de Marvel, avait inspiré beaucoup de gens dans le monde et particulièrement chez les sportifs comme le joueur de basket Victor Oladipo au concours de dunk NBA, le footballeur Pierre-Emeryck Aubameyang ou encore le pilote de F1 Lewis Hamilton, reproduisant le signe de croix avec les bras ou arborant le masque du super héro.

Avant « le rôle de sa vie », Boseman avait déjà incarné des icônes de la culture noire comme James Brown (« Get On Up » en 2014) et le sportif Jackie Robinson (« 42 » en 2013). On peut le voir en ce moment sur Netflix dans le « Da 5 Bloods » de Spike Lee et on le découvrira une dernière fois dans « Ma Rainey’s Black Bottom » cette année, long métrage produit par son mentor Denzel Washington.

N’ayant jamais parlé de sa maladie en public, on se rend compte aujourd’hui qu’il menait une bataille en alternant traitements lourds et tournages éprouvants sans jamais se plaindre. Il n’avait même pas relevé les moqueries autour de son amaigrissement constaté pendant le confinement. Certains avaient trouvé malin de le rebaptiser « Crack Panther ».

Ce combat, malheureusement perdu mais digne, a renforcé l’amour du public pour Chadwick Boseman, au delà de son incarnation inoubliable d’une icône de la culture noire moderne. Ce qui n’a pas échappé à de nombreuses personnalités dont quelques uns de ses collègues super héros.