LE MEMBRE DE RUN DMC AVAIT ÉTÉ ABATTU LE SOIR DU 30 OCTOBRE 2002.

 

 

Le meurtre de Jam Master Jay survenu le 30 octobre 2002 fût un choc pour le monde du hip hop. Sa disparition sonnait aussi la fin du groupe pionnier du rap américain Run DMC, même si ce dernier était déjà en déclin malgré un album à peine sorti l’année précédente. Abattu d’une balle dans la tête dans un studio d’enregistrement dans le Queens, les raisons de son exécution ont pendant près de 20 ans attisé les rumeurs et entretenu en parallèle la légende de Jason Mizell, au même titre que tous les disparus du milieu dans les mêmes conditions. Et pourtant, Run DMC n’était pas vraiment reconnu pour être un groupe violent ou polémique susceptible d’être victime de représailles quelconques.

Ce lundi 17 août, soit 18 ans après les faits, les autorités new-yorkaises ont déclaré avoir inculpé 2 hommes. Ronald Washington et Karl Jordan Jr. ont toujours fait partie des pistes exploitées au sein de l’enquête (qui avait été réactivée en 2016) et il semblerait que leur culpabilité soit enfin avérée. Il faut savoir que Washington avait déjà été suspecté du meurtre en raison des différends qu’il avait avec l’entourage du producteur dont son protégé, un certain 50 Cent.

Selon de nouveaux éléments à charge et de nouveaux témoins, ce serait une histoire de trafic de drogue qui aurait poussé le duo à exécuter Jam Master Jay. Une transaction de 10 kilos de cocaïne serait au cœur du litige. Le membre de Run DMC aurait eu l’intention d’évincer les deux suspects du deal. Ce qui aurait provoqué sa mort, tué de sang froid par Karl Jordan Jr., alors âgé de 18 ans, ce soir du 30 octobre 2002.

Washington, déjà incarcéré, et Jordan Jr., qui a d’ores et déjà plaidé non coupable, risquent chacun une peine allant de 20 ans à la perpétuité, à la vue des nombreuses charges à leur encontre. Du coté de la famille de Jam Master Jay, principalement composée de sa veuve et de ses 3 enfants, il se pourrait bien que le deuil puisse se terminer au bout de ces 18 ans.