LE COMÉDIEN S’EST ÉTEINT CE 12 DÉCEMBRE À L’AGE DE 86 ANS APRÈS UNE HOSPITALISATION D’URGENCE POUR UNE INFECTION.

 

 

Danny Aiello avait ce profile d’italo-américain, grande gueule, natif du Bronx (en 1933), qui avait séduit des réalisateurs comme Francis Ford Coppola (Tony Rosato dans « Le Parrain II » en 1974), Sergio Leone (le policier Vincent Aiello dans « Il Était Une Fois En Amérique » en 1984), Woody Allen (Monk dans « La Rose Pourpre du Caire » en 1985), Luc Besson (Tony dans « Léon » en 1994), Eddy Murphy (Phil Cantone dans « Les Nuits de Harlem » en 1989) et bien-sûr Spike Lee pour qui il avait incarné Sal, un personnage devenu culte dans « Do The Right Thing » en 1989. Rôle pour lequel il avait reçu une nomination pour le meilleur second rôle.

Dans le film, Sal, enfant de la première génération d’immigrés italiens, est le propriétaire d’une pizzéria dans le quartier de Bedford-Stuyvesant à Brooklyn qui est majoritairement occupé par le communauté afro-américaine. Il doit notamment jongler avec les relations tendues entre son fils raciste (joué par John Turturro) et Mookie (Spike Lee), employé noir de la pizzéria. C’est à la suite d’une bagarre entre Sal et le personnage de Radio Raheem (dont l’interprète Bill Nunn est décédé en 2016) que ce dernier meurt suite à l’étranglement d’un policier. S’en suivra une nuit d’émeute dans le bloc qui commencera par la destruction du restaurant de Sal.

Plus rare ces dernières années, Danny Aiello aura tout de même réalisé son premier long métrage en 2011 (« Anyone’s Son »). Au cinéma, il aura eu une très belle carrière de second rôle, sans parler de sa passion pour les planches et son apparition dans le clip é « Papa Don’t Preach » de Madonna.

Tout le monde ne retenait pas forcément son nom mais tous se souviennent de sa gueule et de sa belle chemise cactus à manches courtes.